"Les capitaux de l'Etat ne sont pas bon marché. Il n'y a pas vraiment d'incitation à les rembourser d'ici juin 2010, mais passé ce cap, cela deviendra plus onéreux pour nous. Nous souhaitons donc commencer à rembourser avant cette date", affirme M. Prot BNP Paribas, qui avait bénéficié par deux fois du soutien de l'Etat, pourrait ainsi devenir la première banque de l'Hexagone à commencer à dédommager la France.

"Les capitaux de l'Etat ne sont pas bon marché. Il n'y a pas vraiment d'incitation à les rembourser d'ici juin 2010, mais passé ce cap, cela deviendra plus onéreux pour nous. Nous souhaitons donc commencer à rembourser avant cette date", affirme M. Prot BNP Paribas, qui avait bénéficié par deux fois du soutien de l'Etat, pourrait ainsi devenir la première banque de l'Hexagone à commencer à dédommager la France.