Il lui est reproché d'avoir vendu son propre portefeuille d'actions Fortis dans le courant de l'après-midi du 3 octobre, à quelques heures de la suspension du titre Fortis.

Cette vente ne porterait que sur quelques milliers d'euros, ont indiqué les quotidiens.

L'administrateur-délégué du holding Bois Sauvage a été inculpé jeudi pour délit d'initié, par courrier, par le juge d'instruction Michel Claise, nous ont appris L'Écho et La Libre Belgique. Cette inculpation intervient suite à "la vente en catastrophe, le même jour de la suspension de cotation de Fortis, de ses propres actions du bancassureur, quelques minutes après un coup de téléphone suspect de Luc Vansteenkiste, administrateur chez Fortis mais
également au Bois Sauvage", explique La Libre Belgique sur son site internet.

C'est la seconde inculpation pour Vincent Doumier, puisqu'il l'avait
déjà été le 10 septembre dernier et avait été alors mis en détention préventive pendant une semaine.

Il lui est reproché d'avoir vendu son propre portefeuille d'actions Fortis dans le courant de l'après-midi du 3 octobre, à quelques heures de la suspension du titre Fortis.Cette vente ne porterait que sur quelques milliers d'euros, ont indiqué les quotidiens.L'administrateur-délégué du holding Bois Sauvage a été inculpé jeudi pour délit d'initié, par courrier, par le juge d'instruction Michel Claise, nous ont appris L'Écho et La Libre Belgique. Cette inculpation intervient suite à "la vente en catastrophe, le même jour de la suspension de cotation de Fortis, de ses propres actions du bancassureur, quelques minutes après un coup de téléphone suspect de Luc Vansteenkiste, administrateur chez Fortis mais également au Bois Sauvage", explique La Libre Belgique sur son site internet. C'est la seconde inculpation pour Vincent Doumier, puisqu'il l'avait déjà été le 10 septembre dernier et avait été alors mis en détention préventive pendant une semaine.