Les suspicions portent sur la vente de 3,6 millions d'actions Fortis le 3 octobre 2008, avant le deuxième week-end de sauvetage de la banque, lorsque le gouvernement Leterme avait conclu un accord avec BNP Paribas. Bois Sauvage avait encore pu vendre les titres à 5,40 euros alors que l'action ne valait plus que 1,50 euro à la reprise de la cotation.