Solvay a enregistré un chiffre d'affaires de 3,3 milliards d'euros au troisième trimestre, 1% de plus qu'il y a un an. Cette croissance est attribuable aux taux de change qui ont dopé les ventes de 5% tandis que les volumes écoulés ont reculé de 4%. La bonne surprise provient surtout de l'évolution de l'ebitda récurrent qui a progressé de 4% à 554 millions alors que les analystes tablaient sur un recul. Solvay a notamment pu compter sur des économies de coûts liées aux synergies avec Rhodia supérieures aux attentes. Ce rachat a également dopé les chiffres opérationnels, la hausse du prix de la gomme de guar, produite par une co-entreprise indienne de Rhodia, a amélioré l'ebitda de 40 millions.

Solvay a enregistré un bénéfice net de 148 millions au trimestre écoulé (+3% en glissement annuel), soit 1,79 euro par action, ce qui lui permet de maintenir aisément son acompte sur dividende inchangé à 1,20 euro brut.

Rayon perspectives, le groupe chimique table toujours sur un ebitda récurrent stable cette année, ce qui implique un résultat en hausse au quatrième trimestre étant donné que le solde sur neuf mois est de -4%. Solvay profite toutefois d'une base de comparaison assez aisée étant donné que son ebitda récurrent avait chuté de 23% au cours des trois derniers mois de 2011. Globalement, le groupe chimique se montre d'ailleurs plutôt prudent en matière de perspectives à court terme, ne donnant notamment pas d'indication sur les chiffres de 2013.

Si le groupe pourrait profiter du ralentissement économique pour effectuer de nouvelles acquisitions, désormais que sa dette nette est inférieure à son ebitda annuel, cela pèsera également sur ses chiffres au cours des prochains trimestres, surtout s'il ne peut plus compter sur des effets de change favorables.

Cédric Boitte

www.accioz.be