L'indice MSCI World a essuyé une perte de plus de 4%, le pire mois depuis mars 2020, quand l'économie mondiale s'était retrouvée à l'arrêt. Entre le ralentissement de l'économie après la forte reprise post-coronavirus, les tensions et les déboires d'Evergrande en Chine, la perspective d'une réduction des soutiens des banques centrales, une crise énergétiq...

L'indice MSCI World a essuyé une perte de plus de 4%, le pire mois depuis mars 2020, quand l'économie mondiale s'était retrouvée à l'arrêt. Entre le ralentissement de l'économie après la forte reprise post-coronavirus, les tensions et les déboires d'Evergrande en Chine, la perspective d'une réduction des soutiens des banques centrales, une crise énergétique lancinante et le blocage du Congrès américain, l'optimisme des marchés a fini par être entamé.Et octobre n'a pas commencé sous les meilleurs auspices, les investisseurs se pressant pour prendre les valeurs technologiques et autres titres en vue depuis 18 mois. Est-ce le début d'un retournement de tendance ou une simple chute temporaire? Actuellement, les investisseurs semblent à peu près craindre tout et son contraire: d'un ralentissement marqué de la croissance à une surchauffe de l'inflation. Une indécision qui accroît encore les tensions. Les prochains mois devraient toutefois offrir certains éclaircissements permettant aux marchés de se positionner: entre un ralentissement de la croissance, de nature à freiner la Réserve fédérale américaine dans sa volonté de réduire ses interventions sur les marchés, et une poussée inflationniste qui pourrait au contraire l'amener à relever ses taux plus rapidement. On notera aussi que l'indécision de rentrée est un grand classique en Bourse. Le mois de septembre est en effet de loin le pire de l'année avec une perte moyenne de 1% pour le S&P 500 américain depuis 1928. C'est aussi le seul mois à compter davantage de baisses (de 4,6% en moyenne) que de hausses. Novembre et décembre se hissent par contre parmi les meilleurs...