Bpost fait face depuis des années à un déclin de l'activité de distribution de courrier, compensée en partie par une croissance importante, mais moins rentable, de la distribution de colis et par les activités de logistique liée à l'e-commerce. Une tendance qui a été accélérée par la crise du Covid-19 et la percée significative du commerce en ligne qui en a résulté.

C'est dans ce contexte que Bpost entend "passer à la vitesse supérieure et accélérer la transformation de ses activités", annonce-t-elle mardi. A cet égard, le groupe voit dans ses activités logistiques d'omnicommerce son "principal moteur de croissance", en particulier via l'entreprise américaine Radial et la filiale néerlandaise Active Ants dans le secteur de la logistique d'e-commerce. "Active Ants, par exemple, ouvrira plusieurs nouveaux sites en Europe, notamment en Belgique", annonce l'entreprise. De plus, des fusions et acquisitions ciblées contribueront à accélérer le développement de Radial Europe. Dans l'autre sens, Bpost n'exclut pas de vendre certains actifs jugés "non essentiels" dans le cadre d'une "gestion active" de son portefeuille.

En parallèle à cette volonté d'investir davantage, Bpost a décidé de revoir sa politique de rémunération de ses actionnaires, au premier rang desquels demeure l'État belge (51,04% du capital). La future politique de dividende prévoit la distribution de 30 à 50% du bénéfice net IFRS. Le paiement du dividende annuel se fera au mois de mai, après l'assemblée générale annuelle des actionnaires. Auparavant, Bpost distribuait son dividende en deux fois: un acompte en décembre et le dividende final en mai. Surtout, l'entreprise distribuait auparavant au moins 85% de son résultat net.

La vision stratégique "Connect 2026" est construite autour de sept ambitions, parmi lesquelles la volonté de faire de la Belgique un pays d'omnicommerce "de tout premier plan". Bpost compte ainsi aider les PME belges à franchir le pas de l'e-commerce et à développer leurs activités en ligne.

Sur le plan financier, le groupe vise à "plus que compenser la perte d'EBIT" (bénéfice avant intérêts et taxes, NDLR) de son activité courrier, en régression sur la période 2021-2026, et à se préparer à une croissance de l'EBIT ajustée. Bpost veut aussi obtenir une notation de crédit "investment grade".

Bpost entend également être reconnue pour son caractère innovant et veut, par exemple, totaliser 5 millions d'utilisateurs de son application ("app bpost Belgique") d'ici la fin de 2022.

En matière environnementale, Bpost veut notamment réduire son empreinte carbone totale de 20% à l'horizon 2030, par comparaison avec le niveau atteint par le groupe en 2017, et mettre en circulation 50% de camionnettes électriques d'ici 2030.

Bpost fait face depuis des années à un déclin de l'activité de distribution de courrier, compensée en partie par une croissance importante, mais moins rentable, de la distribution de colis et par les activités de logistique liée à l'e-commerce. Une tendance qui a été accélérée par la crise du Covid-19 et la percée significative du commerce en ligne qui en a résulté. C'est dans ce contexte que Bpost entend "passer à la vitesse supérieure et accélérer la transformation de ses activités", annonce-t-elle mardi. A cet égard, le groupe voit dans ses activités logistiques d'omnicommerce son "principal moteur de croissance", en particulier via l'entreprise américaine Radial et la filiale néerlandaise Active Ants dans le secteur de la logistique d'e-commerce. "Active Ants, par exemple, ouvrira plusieurs nouveaux sites en Europe, notamment en Belgique", annonce l'entreprise. De plus, des fusions et acquisitions ciblées contribueront à accélérer le développement de Radial Europe. Dans l'autre sens, Bpost n'exclut pas de vendre certains actifs jugés "non essentiels" dans le cadre d'une "gestion active" de son portefeuille. En parallèle à cette volonté d'investir davantage, Bpost a décidé de revoir sa politique de rémunération de ses actionnaires, au premier rang desquels demeure l'État belge (51,04% du capital). La future politique de dividende prévoit la distribution de 30 à 50% du bénéfice net IFRS. Le paiement du dividende annuel se fera au mois de mai, après l'assemblée générale annuelle des actionnaires. Auparavant, Bpost distribuait son dividende en deux fois: un acompte en décembre et le dividende final en mai. Surtout, l'entreprise distribuait auparavant au moins 85% de son résultat net. La vision stratégique "Connect 2026" est construite autour de sept ambitions, parmi lesquelles la volonté de faire de la Belgique un pays d'omnicommerce "de tout premier plan". Bpost compte ainsi aider les PME belges à franchir le pas de l'e-commerce et à développer leurs activités en ligne. Sur le plan financier, le groupe vise à "plus que compenser la perte d'EBIT" (bénéfice avant intérêts et taxes, NDLR) de son activité courrier, en régression sur la période 2021-2026, et à se préparer à une croissance de l'EBIT ajustée. Bpost veut aussi obtenir une notation de crédit "investment grade". Bpost entend également être reconnue pour son caractère innovant et veut, par exemple, totaliser 5 millions d'utilisateurs de son application ("app bpost Belgique") d'ici la fin de 2022. En matière environnementale, Bpost veut notamment réduire son empreinte carbone totale de 20% à l'horizon 2030, par comparaison avec le niveau atteint par le groupe en 2017, et mettre en circulation 50% de camionnettes électriques d'ici 2030.