Carlos Brito a précisé que le groupe se focalisera sur une diminution de sa dette pendant une à deux années, mais "cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas examiner les opportunités", a-t-il dit.

La reprise, l'année dernière, du brasseur américain Anheuser-Busch par InBev a laissé le groupe avec une dette colossale de 54 milliards de dollars. Depuis lors, le groupe s'est attelé à se redéployer et à rembourser sa dette.

Le groupe brassicole fait l'objet depuis mercredi d'une cotation à la Bourse de New York.