Le Belge est un investisseur prudent, enclin surtout à opter pour des fonds qui lui promettent qu'il ne perdra jamais plus de 5, 10 ou 15 % de son apport. Ces fonds investissent l'argent de leurs clients, directement ou par le truchement d'autres fonds, dans des actions et/ou des obligations, mais en offrant la garantie d'une surveillance du cours plancher. Lorsqu'un krach boursier entraîne une dévalorisation des actions détenues, des ordres de vente sont en effet automatiquement générés. Le produit de ces transactions est alors parqué dans des fonds monétaires - fonds qui investissent dans des titres de créance à très courte durée, équivalents des liquidités pour les investisseurs. L'argent ne rapporte plus rien, mais le client n'a pas à se préoccuper de savoir si la Bourse ne va pas tomber plus bas encore.
...