Le premier pas consiste à faire du yuan une monnaie de règlement des échanges commerciaux, le deuxième à permettre aux investisseurs de faire entrer et de retirer leurs fonds de Chine, et le troisième à en faire une monnaie de réserve internationale, a expliqué M. Dai, qui dirige aujourd'hui le Fonds national d'assurance sociale chinois. Le yuan, qui n'est actuellement pas convertible pour les comptes en capitaux, reste encore étroitement arrimé au dollar, avec une marge de fluctuation quotidienne de seulement plus ou moins 0,5% par rapport au billet vert et un taux pivot fixé quotidiennement par la banque centrale. Pékin encourage déjà l'utilisation de sa monnaie pour les échanges commerciaux avec les pays voisins de la Chine et a commencé à permettre à certains investisseurs étrangers à utiliser les yuans gagnés à l'étranger pour investir en Chine. Mais le gouvernement chinois se méfie des flux spéculatifs et maintient toujours un contrôle étroit sur les mouvements de capitaux. "Nous espérons qu'en 2015, le renminbi (nom officiel du yuan) pourra devenir une monnaie importante pour les droits de tirage spéciaux (DTS)" du Fonds monétaire international (FMI), a ajouté M. Dai. Unité de compte du FMI, le DTS est un actif de réserve international, créé en 1969 pour compléter les réserves de change officielles des Etats. Sa valeur est actuellement déterminée par un panier de quatre monnaies: dollar, euro, livre sterling et yen.

Le premier pas consiste à faire du yuan une monnaie de règlement des échanges commerciaux, le deuxième à permettre aux investisseurs de faire entrer et de retirer leurs fonds de Chine, et le troisième à en faire une monnaie de réserve internationale, a expliqué M. Dai, qui dirige aujourd'hui le Fonds national d'assurance sociale chinois. Le yuan, qui n'est actuellement pas convertible pour les comptes en capitaux, reste encore étroitement arrimé au dollar, avec une marge de fluctuation quotidienne de seulement plus ou moins 0,5% par rapport au billet vert et un taux pivot fixé quotidiennement par la banque centrale. Pékin encourage déjà l'utilisation de sa monnaie pour les échanges commerciaux avec les pays voisins de la Chine et a commencé à permettre à certains investisseurs étrangers à utiliser les yuans gagnés à l'étranger pour investir en Chine. Mais le gouvernement chinois se méfie des flux spéculatifs et maintient toujours un contrôle étroit sur les mouvements de capitaux. "Nous espérons qu'en 2015, le renminbi (nom officiel du yuan) pourra devenir une monnaie importante pour les droits de tirage spéciaux (DTS)" du Fonds monétaire international (FMI), a ajouté M. Dai. Unité de compte du FMI, le DTS est un actif de réserve international, créé en 1969 pour compléter les réserves de change officielles des Etats. Sa valeur est actuellement déterminée par un panier de quatre monnaies: dollar, euro, livre sterling et yen.