Concrètement, GDF Suez table désormais sur un bénéfice net récurrent compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros au cours des deux prochaines années contre entre 3,7 et 4,2 milliards cette année. Implicitement, ces prévisions signifient également que le groupe abandonne son objectif d'un bénéfice net récurrent de 5 milliards à l'horizon 2015.

GDF Suez impute ce profit warning à la faiblesse de la demande en Europe en raison de la crise économique et au développement du gaz de schiste aux États-Unis qui pèse sur le prix du gaz. L'ampleur de la révision des objectifs inquiète toutefois. Les nouvelles prévisions réduites tiennent en effet compte d'un plan de réduction des coûts qui doit atteindre 3,5 milliards à l'horizon 2015.

Le groupe va également réduire ses investissements et céder des actifs afin de réduire sa dette nette d'un tiers à 30 milliards à la fin 2014. Une part substantielle de la réduction de l'endettement proviendra toutefois du non renouvellement d'un pacte d'actionnaires pour Suez Environnement, ce qui permettra à GDF Suez (qui détient 34% de Suez Environnement) de ne plus devoir consolider les dettes du groupe de gestion des déchets dans ses comptes.

Dans un tel contexte, la promesse de GDF Suez de maintenir son dividende ne rassure guère les investisseurs, l'ampleur de l'avertissement sur résultats ayant également ébranlé leur confiance dans le groupe qui avait encore confirmé ses prévisions cet été.

Cédric Boitte

www.accioz.be

Concrètement, GDF Suez table désormais sur un bénéfice net récurrent compris entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros au cours des deux prochaines années contre entre 3,7 et 4,2 milliards cette année. Implicitement, ces prévisions signifient également que le groupe abandonne son objectif d'un bénéfice net récurrent de 5 milliards à l'horizon 2015.GDF Suez impute ce profit warning à la faiblesse de la demande en Europe en raison de la crise économique et au développement du gaz de schiste aux États-Unis qui pèse sur le prix du gaz. L'ampleur de la révision des objectifs inquiète toutefois. Les nouvelles prévisions réduites tiennent en effet compte d'un plan de réduction des coûts qui doit atteindre 3,5 milliards à l'horizon 2015.Le groupe va également réduire ses investissements et céder des actifs afin de réduire sa dette nette d'un tiers à 30 milliards à la fin 2014. Une part substantielle de la réduction de l'endettement proviendra toutefois du non renouvellement d'un pacte d'actionnaires pour Suez Environnement, ce qui permettra à GDF Suez (qui détient 34% de Suez Environnement) de ne plus devoir consolider les dettes du groupe de gestion des déchets dans ses comptes.Dans un tel contexte, la promesse de GDF Suez de maintenir son dividende ne rassure guère les investisseurs, l'ampleur de l'avertissement sur résultats ayant également ébranlé leur confiance dans le groupe qui avait encore confirmé ses prévisions cet été.Cédric Boittewww.accioz.be