Le résultat d'exploitation (avant résultat sur portefeuille) s'est établi à 185 millions d'euros, en progression de 8,6% par rapport à 2008. Résultat net courant par action (part du Groupe), hors impact IAS 39, se chiffre à 7,47 euros, en progression de 2,3% par rapport à 2008 et supérieur aux prévisions. Le dépréciation du portefeuille immobilier sur l'année 2009 reste limité à 2,1%. L'année précédente, cette dépréciation se chiffrait à 1,96%. Le taux d'occupation a, quant à lui, chuté de 97,85% à 96,86%. Enfin, Cofinimmo confirme la prévision du dividende brut 2009 pour l'action ordinaire de (6,50 euros). Le montant avait été revue de 16% à la baisse dans le courant de l'année. Cofinimmo s'attend à ce que les perspectives de résultat net courant par action en 2010 soient proches du niveau atteint en 2009. Le conseil d'administration estime, sauf événements imprévisibles, que la société est bien positionnée pour l'entame de la reprise conjoncturelle. Les perspectives économiques et les tendances sur les marchés financiers permettent en effet d'espérer une période d'équilibre plus porteuse, estime le groupe.

Le résultat d'exploitation (avant résultat sur portefeuille) s'est établi à 185 millions d'euros, en progression de 8,6% par rapport à 2008. Résultat net courant par action (part du Groupe), hors impact IAS 39, se chiffre à 7,47 euros, en progression de 2,3% par rapport à 2008 et supérieur aux prévisions. Le dépréciation du portefeuille immobilier sur l'année 2009 reste limité à 2,1%. L'année précédente, cette dépréciation se chiffrait à 1,96%. Le taux d'occupation a, quant à lui, chuté de 97,85% à 96,86%. Enfin, Cofinimmo confirme la prévision du dividende brut 2009 pour l'action ordinaire de (6,50 euros). Le montant avait été revue de 16% à la baisse dans le courant de l'année. Cofinimmo s'attend à ce que les perspectives de résultat net courant par action en 2010 soient proches du niveau atteint en 2009. Le conseil d'administration estime, sauf événements imprévisibles, que la société est bien positionnée pour l'entame de la reprise conjoncturelle. Les perspectives économiques et les tendances sur les marchés financiers permettent en effet d'espérer une période d'équilibre plus porteuse, estime le groupe.