Pire, sur 12 mois, le distributeur a vu sa part de marché en Belgique reculer de 0,1%, à 32,1%. Une très mauvaise surprise après de longues années de gains de marché et un excellent premier semestre. Colruyt s'était en effet accaparé 32,5% du marché belge au premier semestre. La bonne tenue des marges et un bénéfice net s...

Pire, sur 12 mois, le distributeur a vu sa part de marché en Belgique reculer de 0,1%, à 32,1%. Une très mauvaise surprise après de longues années de gains de marché et un excellent premier semestre. Colruyt s'était en effet accaparé 32,5% du marché belge au premier semestre. La bonne tenue des marges et un bénéfice net supérieur aux attentes n'ont guère suffi à rassurer. Colruyt présente une prime importante par rapport à ses pairs en Bourse. Cette prime reflète son excellente situation financière et surtout sa croissance organique. La poursuite de gains de parts de marché est donc un maillon important de sa valorisation boursière. Les marchés s'interrogent désormais sur le caractère de ces pertes de parts de marché. Sont-elles structurelles ? Ou sont-elles exceptionnelles et dues à la situation liée au confinement ? Colruyt affirme qu'elles sont dues au Covid-19 qui a davantage profité aux commerces de proximité. Les analystes épinglent aussi que les ventes du groupe à l'horeca ont peut-être été sous-estimées. Quoi qu'il en soit, les investisseurs devront se montrer patients avant d'obtenir des réponses. Colruyt ne publiant plus de chiffres trimestriels, les prochains résultats ne sont attendus qu'en fin d'année et seront à nouveau tronqués par le confinement (avril-mai). Les réponses ne tomberont donc que dans un an, une éternité sur les marchés dans le contexte actuel. Nombre d'investisseurs pourraient être tentés de prendre leurs bénéfices sur un des rares titres à afficher une progression depuis le début de l'année.