Les prix à la consommation belges ont augmenté de 4,16 % en octobre, après augmentation de 2,86 % en septembre. Avec cela, l'inflation a atteint son plus haut niveau depuis treize ans. L'un des coupables est l'énergie, beaucoup plus chère. Si le rendement de l'épargne est inférieur à l'inflation, cet argent a perdu de sa valeur au cours de l'année écoulée et vous pouvez acheter moins avec.

La flambée de l'inflation et les taux super bas des produits d'épargne des banques et des assureurs entraînent une forte perte de pouvoir d'achat pour les épargnants belges. Aujourd'hui, les épargnants doivent se contenter d'un rendement net de 0,07 % sur un certificat d'épargne ou un compte à terme de cinq ans, et de 0,20 % sur un produit d'épargne bancaire de dix ans. C'est bien trop peu pour compenser l'augmentation du coût de la vie.

Livret d'épargne

Le principal avantage du compte d'épargne réglementé est son régime fiscal favorable. Aucun précompte mobilier n'est dû sur les revenus jusqu'à 980 euros. Au-delà de ce plafond, un précompte réduit de 15 pour cent au lieu de 30 pour cent s'applique. Néanmoins, les plus de 298 milliards d'euros de comptes d'épargne réglementés subissent également une sévère perte de pouvoir d'achat.

La plupart des banques offrent le taux d'intérêt minimum de 0,11 %, en passant par le taux de base légal de 0,01 % et la prime de fidélité minimum obligatoire de 0,10 %. La prime n'est acquise que si le dépôt reste sur le compte pendant au moins 12 mois. Le taux le plus élevé sur le marché belge se trouve chez le briseur de prix MeDirect avec un taux d'intérêt de base de 0,05 pour cent et une prime de fidélité de 0,65 pour cent. Vous pouvez transférer un maximum de 5 000 euros par mois sur le compte appelé MeDirect épargne mensuelle Max.

De plus en plus de Belges épargnent via leur compte à vue

Suite au rendement très faible du compte d'épargne réglementé et fiscalement avantageux, de moins en moins d'épargnants font l'effort de transférer de l'argent de leur compte courant vers leur compte d'épargne, selon les données des banques. Les intérêts d'un compte d'épargne sont exonérés d'impôt jusqu'à 980 €. Sur les frais de compte courant, s'il y en a, 30 % vont aux autorités fiscales.

En octobre 2016, seuls 22 % de l'argent que les clients avaient sur des comptes courants et d'épargne chez Belfius étaient détenus sur un compte courant et 78 % sur un compte d'épargne. Aujourd'hui, ce ratio est de 30 % pour les comptes courants et de 70 % pour les comptes d'épargne. "De nombreux clients ne prennent plus la peine de transférer leur argent de leur compte courant vers leur compte d'épargne", confirme Belfius.

BNP Paribas Fortis, qui enregistre le plus de dépôts d'épargne en Belgique, constate une évolution similaire. "Depuis 2016, nous avons vu une augmentation d'environ 7 % de fonds supplémentaires sur les comptes courants. Le rendement très faible des comptes d'épargne joue certainement un rôle dans cette évolution", déclare un porte-parole.

Crelan a remarqué qu'une grande partie de l'argent des bons d'épargne et des comptes à terme qui arrivent à échéance va également sur le compte courant, et non plus automatiquement sur le compte d'épargne. Aujourd'hui, les fonds sur les comptes courants représentent 24 % de tous les fonds que les clients ont en circulation sur les comptes d'épargne, les comptes courants et les autres dépôts tels que les certificats d'épargne et les comptes à terme. Début 2017, le poids du compte courant pour l'ensemble de ces actifs était de 16 %.

La même tendance se dessine au sein de la banque bpost, où, fin 2016, les comptes courants ne représentaient que 30 % de l'ensemble des fonds en circulation sur les comptes courants et d'épargne. Aujourd'hui, ce ratio est de 39 % pour les comptes courants et de 70 % pour les comptes d'épargne.

La rémunération du compte courant est de 0 pour cent. La plupart des banques n'offrent que le taux d'intérêt minimum légal de 0,11 % sur les comptes d'épargne. Ce n'est pas beaucoup, mais c'est plus que le 0 % des comptes courants. Chez Keytrade Bank, les clients bénéficient depuis des années d'un bonus de 5 cents par transaction sur le compte courant. C'est à peu près le seul moyen de gagner quelque chose avec de l'argent sur un compte courant.

Au début du mois, deux autres briseurs de prix, NIBC Direct et Aion Bank, ont annoncé qu'ils réduisaient les rémunérations de leurs comptes d'épargne. Chez Aion Bank, qui travaille avec des abonnements payants offrant plus que des services bancaires, la prime est passée de 0,9 à 0,4 % et le taux de base a été maintenu à 0,1 %. Pour le compte d'épargne ordinaire de la NIBC, les frais ont été ramenés au minimum obligatoire de 0,11 %.

Assurance-épargne, bons d'épargne et comptes à terme

Les épargnants qui souscrivent une assurance-épargne via un produit de la branche 21 à taux fixe perdent également beaucoup de pouvoir d'achat. Le taux d'intérêt minimum garanti pour un produit de la branche 21 fluctue entre 0,20 et 0,50 %, selon la compagnie d'assurance où vous souscrivez le contrat d'assurance. En plus du rendement garanti, il est possible de participer aux bénéfices de l'assureur dans les bonnes années.

Pour éviter de payer le précompte mobilier sur une assurance-vie, vous devez la conserver pendant au moins huit ans Aujourd'hui, l'épargnant n'est pas vraiment récompensé pour avoir mis son argent de côté pendant si longtemps.

L'espoir d'une augmentation des taux d'épargne est vain. Un questionnaire auprès des banques BNP Paribas Fortis, KBC, Belfius ING Bank, Argenta, Crelan, AXA Bank, bpost et de leurs compagnies d'assurance montre qu'aucune des institutions financières ne pense à instaurer des taux plus élevés pour les bons d'épargne, les comptes à terme et les produits de la branche 21. Elles évoquent la légère hausse supplémentaire attendue des taux d'intérêt du marché.

Pas d'augmentation spectaculaire en vue

Les économistes des banques belges s'attendent à ce que le taux d'intérêt du marché à cinq ans -- ou le rendement d'une obligation d'État belge à cinq ans -- soit de -0,15 % dans un an, contre -0,47 % aujourd'hui. Pour le taux du marché à dix ans -- ou le rendement d'une obligation d'État belge à dix ans -- ils visent 0,50 % en novembre 2022, contre 0,07 % aujourd'hui, selon la prévision moyenne de BNP Paribas Fortis, Belfius, ING Belgique, KBC et Argenta. Les économistes indiquent qu'ils ajusteront leurs prévisions en fonction des conditions du marché, mais qu'ils s'attendent toujours à ce que la poussée actuelle de l'inflation soit temporaire. Par conséquent, ils ne prévoient pas de nouvelle hausse spectaculaire des taux d'intérêt du marché à long terme.

Offre limitée

Entre-temps, il semble que les taux d'intérêt très bas du marché aient également durement touché l'offre de produits d'épargne à long terme. Parce que l'intérêt des épargnants est devenu si maigre, BNP Paribas Fortis, ING, AXA Banque et bpost ne proposent plus de bons de caisse. Chez ING Belgique, Argenta et Crelan, les épargnants ne peuvent plus ouvrir de compte à terme.

Les institutions financières qui proposent encore des bons d'épargne et des comptes à terme constatent également que la part de ces formes d'épargne dans le total des dépôts d'épargne a énormément diminué. "Les dépôts à terme ne représentent toujours qu'une proportion très faible, presque négligeable, des dépôts. Il y a dix ans, ils représentaient encore une part importante du total des dépôts", indique KBC.

Argenta, qui a récemment cessé de commercialiser des bons d'épargne bancaire, indique que ce produit d'épargne représentait encore 22,5 % de ses dépôts il y a dix ans, contre 71,1 % pour le compte d'épargne et 6,4 % pour les dépôts à terme. Chez Argenta, la part des dépôts à terme est tombée à 3,5 %. Chez Crelan, le poids des bons d'épargne et des dépôts à terme est passé de 16 % début 2017 à 4 % aujourd'hui.

Les faibles taux d'intérêt du marché ont également exercé une pression sur l'offre des assurances-vie à rendement garanti. "Pour certains produits de la branche21, les nouvelles souscriptions ont été arrêtées en raison des taux d'intérêt trop bas du marché", commente KBC.

Taux d'épargne négatif

Si les taux des produits d'épargne à plus longue échéance restent inébranlables dans les prochains mois malgré la hausse des taux d'intérêt du marché, les épargnants devront faire preuve de patience encore longtemps avant de voir leur rendement de leur compte d'épargne fiscalement avantageux augmenter.

Le taux d'intérêt du marché à un an, qui sert de référence pour la rémunération des comptes d'épargne réglementés, est toujours négatif. Du niveau actuel de -0,73 %, nous passerons à environ -0,60 % au cours des 12 prochains mois, selon les banques. La politique du marché monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) détermine surtout l'évolution des taux d'intérêt à court terme. Et une hausse des taux d'intérêt est loin d'être imminente.

Koen De Leus, chef économiste chez BNP Paribas Fortis, s'attend même à ce que la BCE maintienne son taux de dépôt, qui est actuellement de -0,5 %, au moins jusqu'à la fin de 2023. Cela signifie que l'épargne restera de facto déficitaire pour les banques. Elles sont tenues d'offrir à leurs clients un taux d'intérêt d'au moins 0,11 % sur les comptes d'épargne réglementés, tandis qu'elles doivent elles-mêmes payer 0,50 % pour les fonds excédentaires qu'elles doivent placer auprès de la BCE.

Pour compenser, de nombreuses banques appliquent donc un taux d'intérêt pénalisant sur les comptes courants des entreprises et des grands investisseurs institutionnels au-delà d'un certain niveau. Dans la plupart des cas, les montants concernés sont supérieurs à 500 000 euros et le taux de pénalité varie entre 0,40 et 0,50 %, selon la banque.

Cependant, même les clients privés qui conservent de gros montants sur leur compte paient déjà des intérêts de pénalité dans certaines banques. Depuis le 1er juillet, les clients d'ING Belgique peuvent détenir jusqu'à 250 000 euros sur un compte d'épargne. Le montant supérieur est transféré par la banque sur un compte courant, qui rapporte 0 %. Pour les fonds du compte courant supérieurs à 250 000 euros, le client paie également un taux d'intérêt de pénalité de 0,5 %.

La banque Triodos n'a même pas proposé de compte d'épargne réglementé depuis décembre de l'année dernière. Deux comptes courants sans intérêt ont été introduits à la place. À partir de 500 000 euros, la banque applique également un taux d'intérêt de pénalité de 0,5 % sur ces comptes.

ABN AMRO, Puilaetco et Capital at Work ont également mis en place un taux d'intérêt de pénalité pour les clients privés très fortunés.

La branche 23 est plus populaire que la branche 21

En raison de la faiblesse des taux d'intérêt du marché, les ménages sont beaucoup plus nombreux à opter pour des contrats d'assurance-vie partiellement liés à la bourse et n'offrant pas de rendement garanti (branche23) que pour des contrats d'assurance-vie à taux d'intérêt fixe et à rendement garanti (branche21). Cette année, BNP Paribas Fortis, la plus grande banque du pays, a vendu plus de contrats d'assurance-vie de la branche 23 que de la branche 21. Une première. Il s'agit d'une évolution notable, car l'assuré belge est traditionnellement prudent et opte pour la sécurité.

"La part de l'assurance-vie branche21 dans les ventes mondiales de produits branche21 et branche23 est passée de 65,1 % en septembre 2019 à 39,5 % en septembre de cette année. Il y a eu une augmentation marquée de l'intérêt pour la branche 23 par rapport à la branche 21 en raison des taux d'intérêt plus bas. Cette tendance a encore été accélérée par la réduction de notre taux d'intérêt technique pour les produits de la branche 21 de 0,50 à 0,25 % en avril 2020", rapporte BNP Paribas Fortis.

Elle n'est pas la seule banque à constater l'essor de l'assurance investissement. "Fin juin 2020, les produits de la branche 21 représentaient encore 59 % des assurances-vie vendues chez nous, contre 41 % pour les produits de la branche 23. À la fin du mois de juin de cette année, ce ratio était de 55 % pour les produits de la branche 23 et de 45 % pour les produits de la branche 21", annonce KBC.

AXA Belgium a également constaté une forte augmentation de l'intérêt des clients pour la branche23. "En 2021, la répartition pour les nouveaux contrats d'assurance-vie sera de 55 % pour les produits de la branche21 et de 45 % pour les produits de la branche23. Il y a cinq ans, les produits de la branche 23 ne représentaient que 25 % de nos chiffres de production d'assurance-vie. Cette tendance se poursuit depuis plusieurs années, mais la faiblesse persistante des taux d'intérêt du marché alimente encore davantage l'intérêt pour les produits de la branche23", indique AXA Belgium.

Les prix à la consommation belges ont augmenté de 4,16 % en octobre, après augmentation de 2,86 % en septembre. Avec cela, l'inflation a atteint son plus haut niveau depuis treize ans. L'un des coupables est l'énergie, beaucoup plus chère. Si le rendement de l'épargne est inférieur à l'inflation, cet argent a perdu de sa valeur au cours de l'année écoulée et vous pouvez acheter moins avec.La flambée de l'inflation et les taux super bas des produits d'épargne des banques et des assureurs entraînent une forte perte de pouvoir d'achat pour les épargnants belges. Aujourd'hui, les épargnants doivent se contenter d'un rendement net de 0,07 % sur un certificat d'épargne ou un compte à terme de cinq ans, et de 0,20 % sur un produit d'épargne bancaire de dix ans. C'est bien trop peu pour compenser l'augmentation du coût de la vie.Livret d'épargneLe principal avantage du compte d'épargne réglementé est son régime fiscal favorable. Aucun précompte mobilier n'est dû sur les revenus jusqu'à 980 euros. Au-delà de ce plafond, un précompte réduit de 15 pour cent au lieu de 30 pour cent s'applique. Néanmoins, les plus de 298 milliards d'euros de comptes d'épargne réglementés subissent également une sévère perte de pouvoir d'achat.La plupart des banques offrent le taux d'intérêt minimum de 0,11 %, en passant par le taux de base légal de 0,01 % et la prime de fidélité minimum obligatoire de 0,10 %. La prime n'est acquise que si le dépôt reste sur le compte pendant au moins 12 mois. Le taux le plus élevé sur le marché belge se trouve chez le briseur de prix MeDirect avec un taux d'intérêt de base de 0,05 pour cent et une prime de fidélité de 0,65 pour cent. Vous pouvez transférer un maximum de 5 000 euros par mois sur le compte appelé MeDirect épargne mensuelle Max.Au début du mois, deux autres briseurs de prix, NIBC Direct et Aion Bank, ont annoncé qu'ils réduisaient les rémunérations de leurs comptes d'épargne. Chez Aion Bank, qui travaille avec des abonnements payants offrant plus que des services bancaires, la prime est passée de 0,9 à 0,4 % et le taux de base a été maintenu à 0,1 %. Pour le compte d'épargne ordinaire de la NIBC, les frais ont été ramenés au minimum obligatoire de 0,11 %.Assurance-épargne, bons d'épargne et comptes à termeLes épargnants qui souscrivent une assurance-épargne via un produit de la branche 21 à taux fixe perdent également beaucoup de pouvoir d'achat. Le taux d'intérêt minimum garanti pour un produit de la branche 21 fluctue entre 0,20 et 0,50 %, selon la compagnie d'assurance où vous souscrivez le contrat d'assurance. En plus du rendement garanti, il est possible de participer aux bénéfices de l'assureur dans les bonnes années.Pour éviter de payer le précompte mobilier sur une assurance-vie, vous devez la conserver pendant au moins huit ans Aujourd'hui, l'épargnant n'est pas vraiment récompensé pour avoir mis son argent de côté pendant si longtemps.L'espoir d'une augmentation des taux d'épargne est vain. Un questionnaire auprès des banques BNP Paribas Fortis, KBC, Belfius ING Bank, Argenta, Crelan, AXA Bank, bpost et de leurs compagnies d'assurance montre qu'aucune des institutions financières ne pense à instaurer des taux plus élevés pour les bons d'épargne, les comptes à terme et les produits de la branche 21. Elles évoquent la légère hausse supplémentaire attendue des taux d'intérêt du marché.Pas d'augmentation spectaculaire en vueLes économistes des banques belges s'attendent à ce que le taux d'intérêt du marché à cinq ans -- ou le rendement d'une obligation d'État belge à cinq ans -- soit de -0,15 % dans un an, contre -0,47 % aujourd'hui. Pour le taux du marché à dix ans -- ou le rendement d'une obligation d'État belge à dix ans -- ils visent 0,50 % en novembre 2022, contre 0,07 % aujourd'hui, selon la prévision moyenne de BNP Paribas Fortis, Belfius, ING Belgique, KBC et Argenta. Les économistes indiquent qu'ils ajusteront leurs prévisions en fonction des conditions du marché, mais qu'ils s'attendent toujours à ce que la poussée actuelle de l'inflation soit temporaire. Par conséquent, ils ne prévoient pas de nouvelle hausse spectaculaire des taux d'intérêt du marché à long terme.Offre limitéeEntre-temps, il semble que les taux d'intérêt très bas du marché aient également durement touché l'offre de produits d'épargne à long terme. Parce que l'intérêt des épargnants est devenu si maigre, BNP Paribas Fortis, ING, AXA Banque et bpost ne proposent plus de bons de caisse. Chez ING Belgique, Argenta et Crelan, les épargnants ne peuvent plus ouvrir de compte à terme.Les institutions financières qui proposent encore des bons d'épargne et des comptes à terme constatent également que la part de ces formes d'épargne dans le total des dépôts d'épargne a énormément diminué. "Les dépôts à terme ne représentent toujours qu'une proportion très faible, presque négligeable, des dépôts. Il y a dix ans, ils représentaient encore une part importante du total des dépôts", indique KBC.Argenta, qui a récemment cessé de commercialiser des bons d'épargne bancaire, indique que ce produit d'épargne représentait encore 22,5 % de ses dépôts il y a dix ans, contre 71,1 % pour le compte d'épargne et 6,4 % pour les dépôts à terme. Chez Argenta, la part des dépôts à terme est tombée à 3,5 %. Chez Crelan, le poids des bons d'épargne et des dépôts à terme est passé de 16 % début 2017 à 4 % aujourd'hui.Les faibles taux d'intérêt du marché ont également exercé une pression sur l'offre des assurances-vie à rendement garanti. "Pour certains produits de la branche21, les nouvelles souscriptions ont été arrêtées en raison des taux d'intérêt trop bas du marché", commente KBC.Taux d'épargne négatifSi les taux des produits d'épargne à plus longue échéance restent inébranlables dans les prochains mois malgré la hausse des taux d'intérêt du marché, les épargnants devront faire preuve de patience encore longtemps avant de voir leur rendement de leur compte d'épargne fiscalement avantageux augmenter.Le taux d'intérêt du marché à un an, qui sert de référence pour la rémunération des comptes d'épargne réglementés, est toujours négatif. Du niveau actuel de -0,73 %, nous passerons à environ -0,60 % au cours des 12 prochains mois, selon les banques. La politique du marché monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) détermine surtout l'évolution des taux d'intérêt à court terme. Et une hausse des taux d'intérêt est loin d'être imminente.Koen De Leus, chef économiste chez BNP Paribas Fortis, s'attend même à ce que la BCE maintienne son taux de dépôt, qui est actuellement de -0,5 %, au moins jusqu'à la fin de 2023. Cela signifie que l'épargne restera de facto déficitaire pour les banques. Elles sont tenues d'offrir à leurs clients un taux d'intérêt d'au moins 0,11 % sur les comptes d'épargne réglementés, tandis qu'elles doivent elles-mêmes payer 0,50 % pour les fonds excédentaires qu'elles doivent placer auprès de la BCE.Pour compenser, de nombreuses banques appliquent donc un taux d'intérêt pénalisant sur les comptes courants des entreprises et des grands investisseurs institutionnels au-delà d'un certain niveau. Dans la plupart des cas, les montants concernés sont supérieurs à 500 000 euros et le taux de pénalité varie entre 0,40 et 0,50 %, selon la banque.Cependant, même les clients privés qui conservent de gros montants sur leur compte paient déjà des intérêts de pénalité dans certaines banques. Depuis le 1er juillet, les clients d'ING Belgique peuvent détenir jusqu'à 250 000 euros sur un compte d'épargne. Le montant supérieur est transféré par la banque sur un compte courant, qui rapporte 0 %. Pour les fonds du compte courant supérieurs à 250 000 euros, le client paie également un taux d'intérêt de pénalité de 0,5 %.La banque Triodos n'a même pas proposé de compte d'épargne réglementé depuis décembre de l'année dernière. Deux comptes courants sans intérêt ont été introduits à la place. À partir de 500 000 euros, la banque applique également un taux d'intérêt de pénalité de 0,5 % sur ces comptes.ABN AMRO, Puilaetco et Capital at Work ont également mis en place un taux d'intérêt de pénalité pour les clients privés très fortunés.