Concrètement, la production industrielle a limité sa croissance annuelle à 9,6% en mai, un chiffre en légère hausse par rapport aux 9,3% d'avril mais insuffisamment pour atteindre le consensus des économistes (9,9%). L'industrie chinoise continue ainsi de croître à son plus faible rythme depuis le printemps 2009.

Même les ventes au détail, symbole de la transition de l'économie chinoise vers la consommation intérieure, ne suivent plus la cadence. Leur croissance annuelle a ainsi plafonné à 13,8% le mois dernier contre 14,1% en avril et 14,8% au premier trimestre.

Parallèlement, les prix à la production et à la consommation ont baissé plus fortement qu'attendu en mai (par rapport à avril) en raison du repli des prix de l'énergie et du ralentissement conjoncturel. Sur un an, la hausse des prix à la consommation n'est plus que de 3%, signe que l'inflation ne constitue plus réellement un problème pour les autorités chinoises qui doivent par contre veiller à ce que l'atterrissage de l'économie s'opère en douceur afin d'éviter une crise.

Cédric Boitte

www.AccioZ.be