A son apogée, la brasserie anversoise écoulait quelque 140.000 hectolitres de bière par an, un volume aujourd'hui réduit de moitié. Elle reste toutefois une proie intéressante, non seulement pour sa réputation mais aussi parce que la vente inclut la société Padeko qui possède en portefeuille une centaine d'établissements horeca dans la région d'Anvers. Les offres déposées s'élèveraient à plusieurs dizaines de millions d'euros.