Si vous investissez dans des actions, vous bénéficierez de rendements plus élevés à long terme qu'avec des obligations et autres placements à revenu fixe. Mais ces rendements seront plus variables au jour le jour. Souvenez-vous de l'impact de la pandémie sur les marchés boursiers en 2020. Et il n'est même pas nécessaire de remonter aussi loin : aujourd'hui, l'invasion de l'Ukraine par la Russie provoque également une grande nervosité et une forte volatilité sur les marchés boursiers. Si de telles fluctuations vous stressent, évitez d'opter pour un fonds composé uniquement d'actions.
...

Si vous investissez dans des actions, vous bénéficierez de rendements plus élevés à long terme qu'avec des obligations et autres placements à revenu fixe. Mais ces rendements seront plus variables au jour le jour. Souvenez-vous de l'impact de la pandémie sur les marchés boursiers en 2020. Et il n'est même pas nécessaire de remonter aussi loin : aujourd'hui, l'invasion de l'Ukraine par la Russie provoque également une grande nervosité et une forte volatilité sur les marchés boursiers. Si de telles fluctuations vous stressent, évitez d'opter pour un fonds composé uniquement d'actions. Il existe d'autres options. Vous pouvez opter pour un fonds d'obligations, par exemple. Cependant, les rendements des fonds obligataires sont aujourd'hui très maigres, voire négatifs si l'on tient compte de l'inflation élevée. En outre, si les taux d'intérêt du marché augmentent dans les mois à venir en raison d'une inflation plus élevée, les prix des obligations existantes dans les fonds obligataires baisseront. Cela réduira encore le rendement de ces fonds. En période de fortes turbulences sur les marchés d'actions, les fonds obligataires constituent un tampon car les investisseurs fuient les actions pour se tourner vers les obligations.Autre solution : pourquoi ne pas combiner le meilleur des deux mondes et choisir un fonds mixte ? Ce type de fonds investit dans des actions, des obligations et des liquidités. À long terme, vous réaliserez un rendement inférieur à celui des fonds d'actions, mais supérieur à celui des fonds d'obligations. De plus, vous souffrirez moins des fortes fluctuations que peuvent enregistrer les fonds d'actions.Les fonds mixtes ont également des profils différents. Certains sont défensifs, investissant davantage dans les liquidités et les obligations. D'autres sont plus agressifs et investissent davantage dans les actions. Assurez-vous que votre propre profil de risque correspond au profil de risque du fonds que vous souhaitez choisir.Vous trouverez le profil de risque de chaque fonds dans le Key Investor Information Document (KIID). Chaque fonds est tenu de publier un tel document, qui explique les différents aspects du fonds dans un langage simple et compréhensible. Les promoteurs du fonds sont tenus de vous remettre ce document avant que vous n'investissiez. Il décrit le profil de risque du fonds avec un score de risque, et aborde également d'autres risques, tels que le risque de concentration. Ce dernier indique si le fonds est suffisamment diversifié.Les frais qui découlent des fonds d'investissement sont également indiqués dans le KIID. Lorsque vous achetez une ou plusieurs parts d'un fonds d'investissement, vous payez à la fois des frais ponctuels et des frais annuels récurrents.Les frais uniques sont des coûts d'entrée et éventuellement de sortie. Les institutions financières ne facturent généralement pas ces coûts pour les fonds d'investissement qu'elles émettent elles-mêmes. Si les fonds qu'elles proposent proviennent de gestionnaires de fonds réputés tels que Fidelity, Invesco, Blackrock ou autres, les frais d'entrée peuvent être assez élevés.Les frais récurrents sont les frais annuels que vous payez pour les services du gestionnaire professionnel et l'administration du fonds d'investissement. Contrairement aux coûts d'entrée et de sortie, ces coûts de gestion ne sont pas visibles. En effet, vous les payez directement. Ils sont progressivement prélevés sur la valeur du certificat de votre fonds de placement. Vous trouverez le pourcentage dans le KIID, dans la rubrique Total Expense Ratio (TER). Ce ratio sera plus élevé pour un fonds d'actions que pour un fonds d'obligations ou un fonds mixte, car la sélection des actions nécessite une analyse plus approfondie et plus de recherches.En plus des coûts spécifiques au fonds, vous devrez également payer des taxes boursières. Ces taxes diffèrent selon le type de fonds. Pour les fonds de distribution, qui distribuent leurs revenus, il n'y a pas de taxe boursière. Toutefois, vous devez payer un précompte mobilier de 30 % sur les dividendes des fonds de distribution, comme c'est le cas pour les dividendes des actions individuelles.Pour les fonds de type capitalisation, qui ne distribuent pas de revenus, mais les ajoutent à la valeur du fonds, vous payerez une taxe boursière lorsque vous vendrez le fonds. Les frais sont de 1,32 % de la valeur totale du fonds au moment de la vente, avec un maximum de 4 000 €. Certains fonds requièrent également un précompte mobilier de 30 % sur les plus-values qu'ils réalisent. Il s'agit de fonds obligataires et de fonds mixtes composés d'au moins 10 % d'obligations. Vous ne payez pas ces 30 pour cent sur la totalité de la plus-value que vous réalisez lorsque vous vendez le fonds, mais sur la plus-value réalisée par les investissements à revenu fixe du fonds. Le calcul de cet impôt sur les plus-values est complexe, y compris pour les promoteurs de fonds eux-mêmes. Il est préférable de se renseigner à l'avance pour savoir si et dans quelle mesure le fonds est soumis à cette taxe. De cette façon, vous évitez les mauvaises surprises lorsque vous vendrez le fonds.Naturellement, vous choisissez un investissement avant tout parce que vous espérez obtenir un bon rendement. Pour vous convaincre de choisir un fonds particulier, votre banquier vous montrera un graphique des performances du fonds sur les cinq à dix dernières années. La constance des bons rendements dans le passé peut vous inciter à opter pour le fonds. N'oubliez pas que les performances passées ne sont jamais une garantie des performances futures. En outre, les performances passées ne sont pas le fruit du hasard. Vous ne payez pas les coûts récurrents annuels pour rien. Ils constituent, dans une large mesure, le revenu du gestionnaire, qui n'a qu'un seul grand objectif en tête : faire mieux que le marché.Cela signifie que vous devez toujours comparer la performance d'un fonds d'investissement avec l'indice que le fonds veut battre. Si vous souhaitez acheter un fonds d'actions qui investit uniquement dans des actions belges, vous devez vérifier sa performance par rapport à l'indice Bel20 ou à l'indice plus large Bell-All Share. Si vous préférez un fonds d'actions qui investit à l'échelle mondiale, la meilleure référence est l'indice MSCI World. Les fonds obligataires et les fonds mixtes ont également leur propre indice de référence. Pour une comparaison correcte, il faut toutefois que la performance des fonds soit comparée à un indice de rendement, qui tient compte des dividendes versés, puisque les fonds perçoivent également des dividendes.Demandez toujours à votre banquier de vous montrer cette comparaison. En effet, un fonds qui semble bien fonctionner peut de facto dépasser son objectif s'il sous-performe constamment son indice de référence sur une période prolongée.Vous pouvez également effectuer cette comparaison vous-même. Le site Morningstar (www.morningstar.be) compare la performance de tous les fonds avec la performance de leur indice de référence, mais aussi avec la performance d'autres fonds ayant une stratégie d'investissement similaire. Ne prenez donc pas de risques lorsque vous choisissez un fonds d'investissement.