Le Conseil d'Administration du groupe a jugé qu'une augmentation de capital était nécessaire afin de lui permettre "de se concentrer sur la stratégie afin de faire face à un challenge macro-économique sans précédent et à un marché de financement de la dette incertain", explique-t-il. La banque Degroof, ING et KBC Securities s'occupent de fixer les conditions de l'émission de nouvelles actions.

Par ailleurs, le groupe reconnaît que le nombre de commandes a commencé à diminuer à partir de la dernière semaine d'octobre, malgré que "les carnets de commandes aient été remplis au début du quatrième trimestre", explique Deceuninck. Vient s'ajouter également le fait que certaines monnaies auxquelles le groupe est exposé ont commencé à s'affaiblir, notamment la lire turque face au dollar et à l'euro. Ces facteurs ont eu un impact négatif de 7 millions d'euros sur le résultat net du moins d'octobre.

En revanche, la baisse des prix des matières premières pour le S-PVC ont reculé au niveau du second trimestre 2008, "ce qui reste un niveau historiquement haut", rappelle le groupe. Cette tendance baissière a de grandes chances de se poursuivre au premier trimestre de l'année prochaine.

Enfin, si la lire turque reste aussi faible, Deceuninck pourrait enregistrer une perte d'environ 5 millions d'euros pour l'exercice 2008. Mais il précise que, vu les conditions difficiles des marchés ainsi que le contexte économique incertain, "il est trop tôt pour donner de nouvelles prévisions concrètes".

Le Conseil d'Administration du groupe a jugé qu'une augmentation de capital était nécessaire afin de lui permettre "de se concentrer sur la stratégie afin de faire face à un challenge macro-économique sans précédent et à un marché de financement de la dette incertain", explique-t-il. La banque Degroof, ING et KBC Securities s'occupent de fixer les conditions de l'émission de nouvelles actions.Par ailleurs, le groupe reconnaît que le nombre de commandes a commencé à diminuer à partir de la dernière semaine d'octobre, malgré que "les carnets de commandes aient été remplis au début du quatrième trimestre", explique Deceuninck. Vient s'ajouter également le fait que certaines monnaies auxquelles le groupe est exposé ont commencé à s'affaiblir, notamment la lire turque face au dollar et à l'euro. Ces facteurs ont eu un impact négatif de 7 millions d'euros sur le résultat net du moins d'octobre.En revanche, la baisse des prix des matières premières pour le S-PVC ont reculé au niveau du second trimestre 2008, "ce qui reste un niveau historiquement haut", rappelle le groupe. Cette tendance baissière a de grandes chances de se poursuivre au premier trimestre de l'année prochaine.Enfin, si la lire turque reste aussi faible, Deceuninck pourrait enregistrer une perte d'environ 5 millions d'euros pour l'exercice 2008. Mais il précise que, vu les conditions difficiles des marchés ainsi que le contexte économique incertain, "il est trop tôt pour donner de nouvelles prévisions concrètes".