La société a ainsi confirmé ses prévisions en chute, due à l'influence de la récession mondiale et de l'euro fort. Le chiffre d'affaires annuel de 2008 s'est établi à 629 millions d'euros, contre 656,6 millions enregistrés en 2007 (un peu plus de -4%). Deceuninck, qui publiera ses résultats annuels le 12 mars, maintient sa prévision d'un résultat négatif. "Le renversement espéré de la tendance du cours de la lire turque par rapport à l'euro et surtout par rapport au dollar ne s'est pas produit", explique le groupe, qui a dû enregistrer une baisse de 3% du chiffres d'affaires en Turquie pour 2008 à cause de ces effets de change. Hors effet de cours, principalement la dévaluation de la lire turque et de la livre britannique par rapport à l'euro, le repli du chiffre d'affaires du dernier trimestre se serait limité à 8,7%. Au cours des trois derniers mois, les volumes de vente ont baissé de 13,3%. Au quatrième trimestre, pratiquement tous les pays européens dans lesquels Deceuninck est actif ont été touchés par la crise du crédit et la baisse de confiance des consommateurs, ce qui explique le recul de 10% des ventes européennes. Seules les ventes en Belgique se sont distinguées, vu qu'elles affichent un rebond de 9%. Aux Etats-Unis, le chiffre d'affaires, exprimé en dollars, a plongé de 26%. En termes de perspectives, après avoir ressenti au quatrième trimestre les retombées de la crise financière, Clement de Meersman, administrateur délégué du groupe, continue à être inquiet pour 2009. Selon lui, "2009 devrait également se révéler une année difficile". Il faudra par ailleurs attendre mi-2009 pour évaluer si les mesures de soutien au marché de la construction résidentielle décidées dans un grand nombre de pays "suffiront à renverser la vapeur". La société ouest-flandrienne n'a par ailleurs pas fait de commentaire concernant l'augmentation de capital envisagée.

La société a ainsi confirmé ses prévisions en chute, due à l'influence de la récession mondiale et de l'euro fort. Le chiffre d'affaires annuel de 2008 s'est établi à 629 millions d'euros, contre 656,6 millions enregistrés en 2007 (un peu plus de -4%). Deceuninck, qui publiera ses résultats annuels le 12 mars, maintient sa prévision d'un résultat négatif. "Le renversement espéré de la tendance du cours de la lire turque par rapport à l'euro et surtout par rapport au dollar ne s'est pas produit", explique le groupe, qui a dû enregistrer une baisse de 3% du chiffres d'affaires en Turquie pour 2008 à cause de ces effets de change. Hors effet de cours, principalement la dévaluation de la lire turque et de la livre britannique par rapport à l'euro, le repli du chiffre d'affaires du dernier trimestre se serait limité à 8,7%. Au cours des trois derniers mois, les volumes de vente ont baissé de 13,3%. Au quatrième trimestre, pratiquement tous les pays européens dans lesquels Deceuninck est actif ont été touchés par la crise du crédit et la baisse de confiance des consommateurs, ce qui explique le recul de 10% des ventes européennes. Seules les ventes en Belgique se sont distinguées, vu qu'elles affichent un rebond de 9%. Aux Etats-Unis, le chiffre d'affaires, exprimé en dollars, a plongé de 26%. En termes de perspectives, après avoir ressenti au quatrième trimestre les retombées de la crise financière, Clement de Meersman, administrateur délégué du groupe, continue à être inquiet pour 2009. Selon lui, "2009 devrait également se révéler une année difficile". Il faudra par ailleurs attendre mi-2009 pour évaluer si les mesures de soutien au marché de la construction résidentielle décidées dans un grand nombre de pays "suffiront à renverser la vapeur". La société ouest-flandrienne n'a par ailleurs pas fait de commentaire concernant l'augmentation de capital envisagée.