Selon De Standaard paru mardi, un accord de principe aurait été conclu lundi visant une augmentation de capital allant de 80 à 85 millions d'euros, alors que sa capitalisation boursière est à peine de 53,4 millions d'euros. Les nouvelles actions seraient placées à un prix de moins d'un euro, pour leur donner toutes leurs chances. Le porte-parole de Deceuninck, Ludo Debever, interrogé par l'Echo se dit surpris par l'information qu'il juge "prématurée". "Rien n'est finalisé avec les fournisseurs de crédit", précise-t-il. Des informations pourraient être divulgées lors de l'assemblée des actionnaires qui aura lieu à 11H00. Le groupe avait annoncé fin novembre qu'il allait procéder à une augmentation de capital afin de lui permettre "de se concentrer sur la stratégie afin de faire face à un challenge macroéconomique sans précédent". L'entreprise est frappée de plein fouet par la crise financière, l'affaiblissement de plusieurs monnaies (notamment la livre turque), la baisse de son chiffre d'affaires et des charges importantes liées à sa dette.

Baisse du chiffre d'affaires au 1er trimestre

Le fabricant de châssis en pvc, Deceuninck, a fait face à un chiffre d'affaires en baisse au premier trimestre. Il constate une hausse des commandes depuis le congé de Pâques, qui a permis de lever les régimes de chômage temporaire dans la plupart des sites du groupe, a-t-il fait savoir mardi dans sa déclaration intermédiaire. Son chiffre d'affaires a atteint 102,3 millions d'euros au premier trimestre, contre 136,6 millions d'euros à la même période en 2008. Le recul des ventes est particulièrement marqué au cours des deux premiers mois de l'année. Le repli des ventes est de 23% en Europe, mais il présente de grosses disparités: -8% au Benelux et en France, contre -39% en Europe orientale. Les pays les plus touchés dans cette région sont la Russie, l'Ukraine et la Roumanie où de nombreux projets immobiliers sont en proie à de grandes difficultés financières. Aux Etats-Unis et en Turquie, les chiffres d'affaires exprimés en euros ont reculé respectivement de 28% et 31%. Comme annoncé lors de la publication des résultats annuels, 2009 est une année difficile pour le fabricant de châssis, même si une amélioration se fait sentir depuis les vacances de Pâques. Le nombre de commandes a en effet augmenté, ce qui a permis de lever les régimes de chômage temporaire dans la plupart des sites du groupe. Malgré cet élement, Deceuninck reste prudent et n'exclut pas "des efforts supplémentaires au sein de son organisation" si le climat économique l'exige. L'entreprise s'attend aux deuxième et troisième trimestres à un chiffre d'affaires sensiblement inférieur à celui enregistré au cours des périodes comparables de 2008.

Selon De Standaard paru mardi, un accord de principe aurait été conclu lundi visant une augmentation de capital allant de 80 à 85 millions d'euros, alors que sa capitalisation boursière est à peine de 53,4 millions d'euros. Les nouvelles actions seraient placées à un prix de moins d'un euro, pour leur donner toutes leurs chances. Le porte-parole de Deceuninck, Ludo Debever, interrogé par l'Echo se dit surpris par l'information qu'il juge "prématurée". "Rien n'est finalisé avec les fournisseurs de crédit", précise-t-il. Des informations pourraient être divulgées lors de l'assemblée des actionnaires qui aura lieu à 11H00. Le groupe avait annoncé fin novembre qu'il allait procéder à une augmentation de capital afin de lui permettre "de se concentrer sur la stratégie afin de faire face à un challenge macroéconomique sans précédent". L'entreprise est frappée de plein fouet par la crise financière, l'affaiblissement de plusieurs monnaies (notamment la livre turque), la baisse de son chiffre d'affaires et des charges importantes liées à sa dette.Baisse du chiffre d'affaires au 1er trimestreLe fabricant de châssis en pvc, Deceuninck, a fait face à un chiffre d'affaires en baisse au premier trimestre. Il constate une hausse des commandes depuis le congé de Pâques, qui a permis de lever les régimes de chômage temporaire dans la plupart des sites du groupe, a-t-il fait savoir mardi dans sa déclaration intermédiaire. Son chiffre d'affaires a atteint 102,3 millions d'euros au premier trimestre, contre 136,6 millions d'euros à la même période en 2008. Le recul des ventes est particulièrement marqué au cours des deux premiers mois de l'année. Le repli des ventes est de 23% en Europe, mais il présente de grosses disparités: -8% au Benelux et en France, contre -39% en Europe orientale. Les pays les plus touchés dans cette région sont la Russie, l'Ukraine et la Roumanie où de nombreux projets immobiliers sont en proie à de grandes difficultés financières. Aux Etats-Unis et en Turquie, les chiffres d'affaires exprimés en euros ont reculé respectivement de 28% et 31%. Comme annoncé lors de la publication des résultats annuels, 2009 est une année difficile pour le fabricant de châssis, même si une amélioration se fait sentir depuis les vacances de Pâques. Le nombre de commandes a en effet augmenté, ce qui a permis de lever les régimes de chômage temporaire dans la plupart des sites du groupe. Malgré cet élement, Deceuninck reste prudent et n'exclut pas "des efforts supplémentaires au sein de son organisation" si le climat économique l'exige. L'entreprise s'attend aux deuxième et troisième trimestres à un chiffre d'affaires sensiblement inférieur à celui enregistré au cours des périodes comparables de 2008.