Deceuninck avait annoncé en mai dernier avoir conclu un accord-cadre avec ses fournisseurs de crédit portant sur une restructuration de ses crédits à long terme. Cet accord-cadre est aujourd'hui entièrement transposé dans des conventions définitives. "Celles-ci assurent à Deceuninck une marge de manoeuvre sur le plan financier ainsi que les liquidités nécessaires en vue de surmonter le défi des circonstances du marché ainsi que la restructuration qui va de pair", souligne le groupe dans un communiqué.

Les lignes de force des conventions actuelles confirment
l'accord-cadre conclu précédemment. Les crédits bilatéraux d'un certain nombre de banques (ING, KBC Bank, Dexia Bank, BNP Paribas Fortis et RBS) seront convertis en une convention de crédit globale d'un montant de 137 millions d'euros, remboursable au moyen d'un paiement unique dans quatre ans.

Les conventions existantes avec les noteholders seront remplacées par une nouvelle convention d'un montant de 28,2 millions d'euros et 85,8 millions de dollars américains, remboursable au moyen d'un paiement unique dans 5 ans et un renforcement de la structure du capital de la société à raison de maximum 85 millions d'euros, dont 41,3 millions d'euros seront consacrés au remboursement des dettes à long terme.

Pour la première moitié de l'année, Deceuninck réalise un chiffre
d'affaires de 239,3 millions d'euros. Le résultat net s'élève à -8,9
millions d'euros (-5,9 millions d'euros en 2008). Au cours de la première moitié de l'année, un programme de restructuration a été implémenté, avec pour conséquence 11,2 millions d'euros de coûts uniques. Enfin, pour la première moitié de l'année, l'entreprise a généré un cash flow opérationnel de son activité normale (REBITDA) d'un montant de 20,1 millions d'euros (19,5 millions d'euros en 2008).

Deceuninck avait annoncé en mai dernier avoir conclu un accord-cadre avec ses fournisseurs de crédit portant sur une restructuration de ses crédits à long terme. Cet accord-cadre est aujourd'hui entièrement transposé dans des conventions définitives. "Celles-ci assurent à Deceuninck une marge de manoeuvre sur le plan financier ainsi que les liquidités nécessaires en vue de surmonter le défi des circonstances du marché ainsi que la restructuration qui va de pair", souligne le groupe dans un communiqué.Les lignes de force des conventions actuelles confirment l'accord-cadre conclu précédemment. Les crédits bilatéraux d'un certain nombre de banques (ING, KBC Bank, Dexia Bank, BNP Paribas Fortis et RBS) seront convertis en une convention de crédit globale d'un montant de 137 millions d'euros, remboursable au moyen d'un paiement unique dans quatre ans.Les conventions existantes avec les noteholders seront remplacées par une nouvelle convention d'un montant de 28,2 millions d'euros et 85,8 millions de dollars américains, remboursable au moyen d'un paiement unique dans 5 ans et un renforcement de la structure du capital de la société à raison de maximum 85 millions d'euros, dont 41,3 millions d'euros seront consacrés au remboursement des dettes à long terme.Pour la première moitié de l'année, Deceuninck réalise un chiffre d'affaires de 239,3 millions d'euros. Le résultat net s'élève à -8,9 millions d'euros (-5,9 millions d'euros en 2008). Au cours de la première moitié de l'année, un programme de restructuration a été implémenté, avec pour conséquence 11,2 millions d'euros de coûts uniques. Enfin, pour la première moitié de l'année, l'entreprise a généré un cash flow opérationnel de son activité normale (REBITDA) d'un montant de 20,1 millions d'euros (19,5 millions d'euros en 2008).