Les Bourses européennes étaient en recul lundi à la mi-séance, dans des marchés qui restent sur la défensive dans la crainte de nouvelles déceptions au niveau des résultats trimestriels et dans l'incertitude persistante sur une éventuelle demande d'aide internationale de l'Espagne.

Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, a déclaré dimanche que l'Espagne n'avait pas besoin dans l'immédiat d'avoir recours au nouveau programme de rachat de titres de la BCE et devrait d'abord essayer de se refinancer avant de solliciter cette aide.

La fermeture des marchés américains en raison de l'ouragan Sandy qui doit aborder dans les heures à venir la côte Est des Etats-Unis devrait limiter l'activité ce lundi.

EUROPE : UBS - Repsol

Aux actions, UBS ne savait pas sur quel pied danser après une information selon laquelle la banque devrait supprimer jusqu'à 10.000 emplois, soit 16% de ses effectifs, afin de renouer avec une croissance plus soutenue. A l'ouverture l'action prenait plus de 5% pour ensuite s'afficher en territoire négatif à la mi-séance.

Repsol était également bien orientée après une information de presse selon laquelle un groupe d'investisseurs d'Arabie saoudite, d'Algérie, de Singapour, de Hong Kong et du Qatar envisage d'acquérir une participation allant jusqu'à 20% dans la compagnie pétrolière espagnole.

EUROPE : BNP Paribas - Société Générale

Dans le secteur bancaire, les reculs sont à nouveau légion après le léger rebond de vendredi. L'appel au secours de l'Espagne qui se fait désirer ne fait pas leurs affaires.

BRUXELLES : UCB

A Bruxelles, les chiffres d'UCB ne font pas mouche alors qu'ils sont en ligne avec les attentes. Pourtant le groupe s'est montré très optimiste pour la suite des événements grâce à des " nouveaux " médicaments d'UCB (Cimzia, Vimpat et Neupro) qui enregistrent un chiffre d'affaires de 665 millions d'euros. Ces ventes dépassent celles du Keppra (652 millions d'euros) dont le brevet est tombé dans le domaine public.

BRUXELLES : Cofinimmo-Nyrstar

Toujours dans l'indice Bel 20, les valeurs défensives avaient la cote ce matin alors que les valeurs cycliques boivent la tasse.

Les Bourses européennes étaient en recul lundi à la mi-séance, dans des marchés qui restent sur la défensive dans la crainte de nouvelles déceptions au niveau des résultats trimestriels et dans l'incertitude persistante sur une éventuelle demande d'aide internationale de l'Espagne. Ewald Nowotny, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, a déclaré dimanche que l'Espagne n'avait pas besoin dans l'immédiat d'avoir recours au nouveau programme de rachat de titres de la BCE et devrait d'abord essayer de se refinancer avant de solliciter cette aide. La fermeture des marchés américains en raison de l'ouragan Sandy qui doit aborder dans les heures à venir la côte Est des Etats-Unis devrait limiter l'activité ce lundi.EUROPE : UBS - RepsolAux actions, UBS ne savait pas sur quel pied danser après une information selon laquelle la banque devrait supprimer jusqu'à 10.000 emplois, soit 16% de ses effectifs, afin de renouer avec une croissance plus soutenue. A l'ouverture l'action prenait plus de 5% pour ensuite s'afficher en territoire négatif à la mi-séance.Repsol était également bien orientée après une information de presse selon laquelle un groupe d'investisseurs d'Arabie saoudite, d'Algérie, de Singapour, de Hong Kong et du Qatar envisage d'acquérir une participation allant jusqu'à 20% dans la compagnie pétrolière espagnole.EUROPE : BNP Paribas - Société GénéraleDans le secteur bancaire, les reculs sont à nouveau légion après le léger rebond de vendredi. L'appel au secours de l'Espagne qui se fait désirer ne fait pas leurs affaires.BRUXELLES : UCB A Bruxelles, les chiffres d'UCB ne font pas mouche alors qu'ils sont en ligne avec les attentes. Pourtant le groupe s'est montré très optimiste pour la suite des événements grâce à des " nouveaux " médicaments d'UCB (Cimzia, Vimpat et Neupro) qui enregistrent un chiffre d'affaires de 665 millions d'euros. Ces ventes dépassent celles du Keppra (652 millions d'euros) dont le brevet est tombé dans le domaine public.BRUXELLES : Cofinimmo-NyrstarToujours dans l'indice Bel 20, les valeurs défensives avaient la cote ce matin alors que les valeurs cycliques boivent la tasse.