Ce vendredi, le groupe allemand a annoncé qu'il comptait quitter le pays. "Nous sommes toujours ouverts pour des acquisitions compatibles sur des marchés où nous sommes déjà présents", a affirmé la porte-parole de Delhaize, Barbera Hoppenbrouwers. "Et nous avons également dit que nous examinions plus particulièrement la région des Balkans. Nous réitérons aujourd'hui cette position", a-t-elle ajouté dans une réaction au Tijd. Aldi, de son côté, ne voit plus d'avenir pour lui en Grèce, a-t-il indiqué à l'agence de presse allemande DPA. Le harddiscounter y avait ouvert son premier magasin en novembre 2008 et y avait investi, depuis, plusieurs centaines de millions d'euros. Aujourd'hui, Aldi compte 38 magasins sur le sol grec où il emploie 700 travailleurs. Delhaize, lui, compte déjà 220 enseignes, en ce compris les magasins de proximité de sa filiale Alfa-Beta.

Ce vendredi, le groupe allemand a annoncé qu'il comptait quitter le pays. "Nous sommes toujours ouverts pour des acquisitions compatibles sur des marchés où nous sommes déjà présents", a affirmé la porte-parole de Delhaize, Barbera Hoppenbrouwers. "Et nous avons également dit que nous examinions plus particulièrement la région des Balkans. Nous réitérons aujourd'hui cette position", a-t-elle ajouté dans une réaction au Tijd. Aldi, de son côté, ne voit plus d'avenir pour lui en Grèce, a-t-il indiqué à l'agence de presse allemande DPA. Le harddiscounter y avait ouvert son premier magasin en novembre 2008 et y avait investi, depuis, plusieurs centaines de millions d'euros. Aujourd'hui, Aldi compte 38 magasins sur le sol grec où il emploie 700 travailleurs. Delhaize, lui, compte déjà 220 enseignes, en ce compris les magasins de proximité de sa filiale Alfa-Beta.