En euros, les ventes de Delhaize ont baissé de 2,1% aux États-Unis au quatrième trimestre mais cela trahit surtout la baisse du dollar par rapport à la monnaie unique. En dollars, les ventes en effet progressé de 2,8% malgré un impact négatif des prix (-0,4%). Delhaize fait donc beaucoup mieux qu'Ahold (baisse de 2% des ventes en comparable aux États-Unis).

Au total, le distributeur au lion a affiché un chiffre d'affaires en légère hausse de 0,1% au quatrième trimestre, le recul lié au dollar aux États-Unis (où il réalise 60% de ses ventes) étant compensé par la croissance en Belgique (+2,5%) et dans le Sud-Est de l'Europe -Grèce, Serbie, Roumanie, Bulgarie et Bosnie-Herzégovine- (+4,5%). À noter qu'en Belgique, la croissance a été essentiellement soutenue par l'évolution des prix (+2,1%).

Delhaize ne publiait pas ses résultats complets mais a déjà indiqué qu'à taux de change identique, son bénéfice d'exploitation a atteint 770 millions, mieux que sa prévision d'au moins 755 millions. Visiblement, le distributeur parvient donc à maintenir ses marges, ce qui était une des craintes des analystes, notamment en raison de sa politique de prix aux États-Unis.

Cédric Boitte