Dell prévoit une baisse de 7% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, à 14,9 milliards de dollars. Les inondations en Thaïlande - important producteur de lecteurs de disques - ont occasionné des problèmes de production. Mais ces perspectives peu engageantes sont également imputables au recul du marché des PC. La lenteur de la reprise aux États-Unis incite les consommateurs à reporter l'achat d'un nouveau PC ou à préférer une tablette. Le succès de l'iPad d'Apple n'est pas une bonne nouvelle non plus pour Dell. D'autant que le groupe doit également faire face à des concurrents moins chers comme Acer et Lenovo. Les mesures d'économies prises par les gouvernements européens et les autorités locales aux Etats-Unis pèsent aussi sur la demande dans la division qui vend des ordinateurs aux administrations publiques. Le seul point positif est le prochain lancement du nouveau système d'exploitation Windows 8 qui pourrait donner un coup de fouet aux ventes de PC et ordinateurs portables aux entreprises.

Le recul du marché classique des PC aux États-Unis et en Europe se reflète dans les bénéfices. Le bénéfice net a ainsi reculé de 18 % à 764 millions de dollars au quatrième trimestre de l'an dernier. Dell pourra encore le doper quelque temps grâce à des économies sur les coûts et une organisation plus efficace, mais ce ne sont que des solutions temporaires.

Pour renverser la tendance, Michael Dell, le fondateur de l'entreprise qui en a repris les rênes en 2007, mise pleinement sur le cloud computing et les centres de données (stockage de données et de logiciels pour entreprises). Les analystes s'attendent ainsi à ce que Dell annonce bientôt une nouvelle acquisition de l'ordre de 1 à 3 milliards de dollars. Ces produits affichent une marge plus élevée que les ordinateurs classiques, mais ils attirent également de nombreux concurrents.

Ces derniers mois, les investisseurs ont pris un gros acompte sur le revirement stratégique de Dell. L'action a progressé de 25 % depuis le début de l'année. Mais il est difficile de faire virer de bord un navire à 62 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Dell va encore pâtir longtemps du recul du marché des ordinateurs classiques, et le succès de la nouvelle stratégie n'est pas acquis vu la concurrence intense dans le cloud computing. Même si elle ne s'échange qu'à 8,8 fois le bénéfice attendu pour cette année et à 8,2 fois le bénéfice attendu l'an prochain, l'action est à éviter jusqu'à ce que le succès du changement de cap soit moins incertain.

Mathias Nuttin

Twitter: @MathiasNuttin

Dell prévoit une baisse de 7% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, à 14,9 milliards de dollars. Les inondations en Thaïlande - important producteur de lecteurs de disques - ont occasionné des problèmes de production. Mais ces perspectives peu engageantes sont également imputables au recul du marché des PC. La lenteur de la reprise aux États-Unis incite les consommateurs à reporter l'achat d'un nouveau PC ou à préférer une tablette. Le succès de l'iPad d'Apple n'est pas une bonne nouvelle non plus pour Dell. D'autant que le groupe doit également faire face à des concurrents moins chers comme Acer et Lenovo. Les mesures d'économies prises par les gouvernements européens et les autorités locales aux Etats-Unis pèsent aussi sur la demande dans la division qui vend des ordinateurs aux administrations publiques. Le seul point positif est le prochain lancement du nouveau système d'exploitation Windows 8 qui pourrait donner un coup de fouet aux ventes de PC et ordinateurs portables aux entreprises.Le recul du marché classique des PC aux États-Unis et en Europe se reflète dans les bénéfices. Le bénéfice net a ainsi reculé de 18 % à 764 millions de dollars au quatrième trimestre de l'an dernier. Dell pourra encore le doper quelque temps grâce à des économies sur les coûts et une organisation plus efficace, mais ce ne sont que des solutions temporaires. Pour renverser la tendance, Michael Dell, le fondateur de l'entreprise qui en a repris les rênes en 2007, mise pleinement sur le cloud computing et les centres de données (stockage de données et de logiciels pour entreprises). Les analystes s'attendent ainsi à ce que Dell annonce bientôt une nouvelle acquisition de l'ordre de 1 à 3 milliards de dollars. Ces produits affichent une marge plus élevée que les ordinateurs classiques, mais ils attirent également de nombreux concurrents.Ces derniers mois, les investisseurs ont pris un gros acompte sur le revirement stratégique de Dell. L'action a progressé de 25 % depuis le début de l'année. Mais il est difficile de faire virer de bord un navire à 62 milliards de dollars de chiffre d'affaires. Dell va encore pâtir longtemps du recul du marché des ordinateurs classiques, et le succès de la nouvelle stratégie n'est pas acquis vu la concurrence intense dans le cloud computing. Même si elle ne s'échange qu'à 8,8 fois le bénéfice attendu pour cette année et à 8,2 fois le bénéfice attendu l'an prochain, l'action est à éviter jusqu'à ce que le succès du changement de cap soit moins incertain.Mathias NuttinTwitter: @MathiasNuttin