Delta Lloyd affiche une baisse de 6,7% depuis son intégration au sein de l'indice Bel 20, la banque néerlandaise ayant logiquement fait les frais des tensions entourant le sauvetage de Chypre qui font craindre aux investisseurs une resurgence de la crise des dettes souveraines.

ThromboGenics, qui a également intégré l'indice phare d'Euronext Bruxelles le 18 mars, affiche pour sa part un plongeon de 11,5% en à peine 8 séances. La société biotechnologique subit des prises de bénéfices après une longue période de hausse qui s'est clôturée par la publication d'un bénéfice net pour l'année 2012 et l'annonce de l'approbation de son médicament Jetrea en Europe au cours de la séance qui a précédé son intégration dans le Bel20. Les prises de bénéfices sont d'autant plus sensibles que le flux de nouvelles semble épuisé après que ThromboGenics a reçu le feu vert des autorités pour la commercialisation de son traitement des adhérences vitreomaculaires aux États-Unis (commercialisation en propre) et en Europe (commercialisé par un partenaire, Alcon). Le pipeline de la société est en effet quasiment vide derrière le Jetrea et ThromboGenics n'a pas encore progressé dans sa stratégie de mutation en société biopharmaceutique spécialisée dans l'ophtalmologie.

Cédric Boitte

www.accioz.be