"Au-delà de sa participation de 54% dans Geniki Bank, l'exposition du groupe à la Grèce sur l'ensemble de ses filiales bancaires et d'assurance représente à fin avril de l'ordre de 3 milliards d'euros sur le souverain grec", a indiqué la banque. Elle précise en outre que le "montant est négligeable sur les contreparties bancaires et corporate (entreprises, ndlr)". Ces 3 milliards sont bien supérieurs à ce que les autres banques françaises ont déjà annoncé. Le Crédit Agricole a fait état d'une exposition de 850 millions d'euros, dont 600 pour sa filiale Emporiki tandis que pour BNP Paribas l'exposition aux banques grecques est "tout à fait négligeable", selon son directeur général Baudouin Prot. Alors que la note de la Grèce a été reléguée la semaine dernière dans la catégorie des investissements spéculatifs par l'agence de notation Standard & Poor's, les banques françaises sont les plus impliquées en Grèce, avec des engagements qui atteignent au total une cinquantaine de milliards d'euros. Début avril, le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, avait cherché à rassurer, expliquant que l'exposition des établissements français en Grèce ne suscitait "pas d'inquiétude particulière".