Carlos Brito a vendu un paquet d'actions AB InBev pour un montant de près de 62 millions d'euros, pour ensuite en acheter un jour plus tard au même prix. Felipe Dutra a effectué la même opération avec un paquet d'actions d'une valeur de 29 millions d'euros.

Il s'agirait de transactions avec un dessein fiscal, selon De Morgen. Carlos Brito et Felipe Dutra auraient l'intention de se faire
naturaliser aux Etats-Unis. Toutefois, avec un passeport américain, ils pourraient être soumis à une taxe américaine sur la plus-value et seraient taxés sur le gain du cours réalisé par AB InBev depuis
l'augmentation de capital de novembre 2008. Les Etats-Unis font en effet payer un impôt sur la plus-value des actions, la différence entre le prix de vente et le prix d'achat, contrairement à la Belgique. Par leurs récentes opérations, les deux hommes chercheraient donc à éviter cet impôt.

Carlos Brito a vendu un paquet d'actions AB InBev pour un montant de près de 62 millions d'euros, pour ensuite en acheter un jour plus tard au même prix. Felipe Dutra a effectué la même opération avec un paquet d'actions d'une valeur de 29 millions d'euros.Il s'agirait de transactions avec un dessein fiscal, selon De Morgen. Carlos Brito et Felipe Dutra auraient l'intention de se faire naturaliser aux Etats-Unis. Toutefois, avec un passeport américain, ils pourraient être soumis à une taxe américaine sur la plus-value et seraient taxés sur le gain du cours réalisé par AB InBev depuis l'augmentation de capital de novembre 2008. Les Etats-Unis font en effet payer un impôt sur la plus-value des actions, la différence entre le prix de vente et le prix d'achat, contrairement à la Belgique. Par leurs récentes opérations, les deux hommes chercheraient donc à éviter cet impôt.