Dans un contexte économique et financier "peu porteur", "Dexia a
confirmé sa résilience et a enregistré des progrès significatifs à tous les niveaux de son plan de transformation. Tous les métiers sont rentables au 2ème trimestre 2009", selon la banque.

"Les résultats confirment l'amélioration enregistrée au début de
l'année", a déclaré Pierre Mariani au cours d'une conférence de presse téléphonique, en référence au fait que le bénéfice net au deuxième trimestre de Dexia est en progression de près de 13% par rapport au premier trimestre 2009. Sur le premier semestre 2009, son bénéfice s'élève à 534 millions d'euros, en baisse de 35% par rapport aux six premiers mois de 2008. "Les conséquences directes de la crise s'atténuent mais les bilans bancaires supportent la trace de la montée du coût du risque", a-t-il encore analysé.

L'impact de la crise financière pour Dexia au 2e trimestre 2009 est estimé à -193 millions d'euros, après impôts, contre -419 millions d'euros au 1er trimestre 2009 et -58 millions d'euros au 2e trimestre 2008 hors FSA Insurance. Au deuxième trimestre, Dexia a réalisé pour 175 millions d'euros de provisions collectives afin de "faire face aux conséquences possibles d'une détérioration future de l'environnement macroéconomique".

Le deuxième trimestre 2009 a encore été marqué par la cession, au 1er juillet, des activités de FSA Insurance pour 816,5 millions de dollars, ce qui représente "une étape de la réduction du profil de risque du groupe", a insisté Pierre Mariani.

Toujours dans un souci de réduire le profil de risque du groupe, la taille du bilan de Dexia a été réduite et la situation de liquidité a été améliorée. En 2009, Dexia a levé pour 37,7 milliards d'euros de fonds à moyen et long termes, dont 41 % hors champ de la garantie des Etats belge, français et luxembourgeois.

Dexia entend pouvoir se passer des garanties étatiques à la fin
octobre 2010. Le coût de la garantie des Etats s'est élevé à 143 millions d'euros (avant impôts) au 2e trimestre 2009, contre 78 millions d'euros (avant impôts) au 1er trimestre 2009.

Au niveau des réductions de coûts, Dexia a réalisé pour plus de 100 millions d'euros d'économies au premier semestre, sur un objectif de 200 millions d'euros pour 2009. Dexia confirme en outre un objectif de 600 millions d'euros de réductions de coûts sur les prochaines années.

Pierre Mariani s'est encore réjoui de la hausse de 6 milliards d'euros du niveau des dépôts au cours du premier semestre 2009. "Nous avons retrouvé le niveau de juin 2008", soit avant le déclenchement de la crise financière, a-t-il souligné.

Le patron de Dexia a par ailleurs confirmé la poursuite des
investissements sur son réseau d'agences en Belgique afin de déployer "un nouveau concept d'agence dans tout le pays". Près de 80 agences ont déjà été transformées en ce sens.

Enfin, on a appris que le conseil d'administration de Dexia a décidé de proposer la nomination de Isabelle Bouillot et Brigitte Chanoine en qualité d'administrateurs à la prochaine assemblée générale de Dexia.

Dans un contexte économique et financier "peu porteur", "Dexia a confirmé sa résilience et a enregistré des progrès significatifs à tous les niveaux de son plan de transformation. Tous les métiers sont rentables au 2ème trimestre 2009", selon la banque."Les résultats confirment l'amélioration enregistrée au début de l'année", a déclaré Pierre Mariani au cours d'une conférence de presse téléphonique, en référence au fait que le bénéfice net au deuxième trimestre de Dexia est en progression de près de 13% par rapport au premier trimestre 2009. Sur le premier semestre 2009, son bénéfice s'élève à 534 millions d'euros, en baisse de 35% par rapport aux six premiers mois de 2008. "Les conséquences directes de la crise s'atténuent mais les bilans bancaires supportent la trace de la montée du coût du risque", a-t-il encore analysé.L'impact de la crise financière pour Dexia au 2e trimestre 2009 est estimé à -193 millions d'euros, après impôts, contre -419 millions d'euros au 1er trimestre 2009 et -58 millions d'euros au 2e trimestre 2008 hors FSA Insurance. Au deuxième trimestre, Dexia a réalisé pour 175 millions d'euros de provisions collectives afin de "faire face aux conséquences possibles d'une détérioration future de l'environnement macroéconomique".Le deuxième trimestre 2009 a encore été marqué par la cession, au 1er juillet, des activités de FSA Insurance pour 816,5 millions de dollars, ce qui représente "une étape de la réduction du profil de risque du groupe", a insisté Pierre Mariani.Toujours dans un souci de réduire le profil de risque du groupe, la taille du bilan de Dexia a été réduite et la situation de liquidité a été améliorée. En 2009, Dexia a levé pour 37,7 milliards d'euros de fonds à moyen et long termes, dont 41 % hors champ de la garantie des Etats belge, français et luxembourgeois.Dexia entend pouvoir se passer des garanties étatiques à la fin octobre 2010. Le coût de la garantie des Etats s'est élevé à 143 millions d'euros (avant impôts) au 2e trimestre 2009, contre 78 millions d'euros (avant impôts) au 1er trimestre 2009.Au niveau des réductions de coûts, Dexia a réalisé pour plus de 100 millions d'euros d'économies au premier semestre, sur un objectif de 200 millions d'euros pour 2009. Dexia confirme en outre un objectif de 600 millions d'euros de réductions de coûts sur les prochaines années.Pierre Mariani s'est encore réjoui de la hausse de 6 milliards d'euros du niveau des dépôts au cours du premier semestre 2009. "Nous avons retrouvé le niveau de juin 2008", soit avant le déclenchement de la crise financière, a-t-il souligné.Le patron de Dexia a par ailleurs confirmé la poursuite des investissements sur son réseau d'agences en Belgique afin de déployer "un nouveau concept d'agence dans tout le pays". Près de 80 agences ont déjà été transformées en ce sens.Enfin, on a appris que le conseil d'administration de Dexia a décidé de proposer la nomination de Isabelle Bouillot et Brigitte Chanoine en qualité d'administrateurs à la prochaine assemblée générale de Dexia.