Cette exposition est supérieure à celle attendue par les analystes. "L'exposition au système bancaire grec, aux collectivités locales et engagements auprès des grandes entreprises et financement de projets sont négligeables. Dexia n'est pas exposée à l'économie locale grecque", a toutefois assuré le groupe dans un communiqué. Son administrateur délégué, Pierre Mariani, s'est par ailleurs refusé à donner des chiffres relatifs à l'exposition de l'entreprise aux dettes de pays tels que l'Italie ou l'Espagne. "Il faut raison garder. Les Etats européens ne sont pas des subprimes américains", a-t-il commenté. Dexia a clôturé le premier trimestre de l'exercice sur un bénéfice de 216 millions d'euros, en recul de 14 pc sur un an.