Les trois entités concernées sont Dexia Crédit Local (DCL) en France, Dexia Bank Belgium (DBB) et Dexia Banque Internationale au Luxembourg (DBIL). Elles se retrouvent ainsi dans la catégorie des émetteurs d'emprunt solides, mais davantage susceptibles désormais d'être affectés par des changements de la situation économique. Moody's a également dégradé leurs notes de stabilité financière d'un cran, à "D+". Toutes ces notes sont assorties d'une perspective négative, signifiant qu'une potentielle adaptation ultérieure se fera plutôt à la baisse. Moody's reconnaît dans son communiqué le soutien apporté par les autorités publiques belges, françaises et luxembourgeoises, qui contrôlent plus de 50% de Dexia. La banque avait été renflouée fin septembre à hauteur de 6,4 milliards d'euros par les trois gouvernements, qui lui ont aussi accordé une garantie pouvant aller jusqu'à 150 milliards d'euros. Mais Moody's s'inquiète des "risques associés avec des déséquilibres significatifs dans le bilan de Dexia", des "pertes de crédit et provisions croissantes sur les derniers trimestres", ainsi que de la structure de financement du groupe qui a trop peu accès au marché interbancaire. L'agence s'attend à ce que ces facteurs "se ressentent sur la performance du groupe à moyen terme".

Les trois entités concernées sont Dexia Crédit Local (DCL) en France, Dexia Bank Belgium (DBB) et Dexia Banque Internationale au Luxembourg (DBIL). Elles se retrouvent ainsi dans la catégorie des émetteurs d'emprunt solides, mais davantage susceptibles désormais d'être affectés par des changements de la situation économique. Moody's a également dégradé leurs notes de stabilité financière d'un cran, à "D+". Toutes ces notes sont assorties d'une perspective négative, signifiant qu'une potentielle adaptation ultérieure se fera plutôt à la baisse. Moody's reconnaît dans son communiqué le soutien apporté par les autorités publiques belges, françaises et luxembourgeoises, qui contrôlent plus de 50% de Dexia. La banque avait été renflouée fin septembre à hauteur de 6,4 milliards d'euros par les trois gouvernements, qui lui ont aussi accordé une garantie pouvant aller jusqu'à 150 milliards d'euros. Mais Moody's s'inquiète des "risques associés avec des déséquilibres significatifs dans le bilan de Dexia", des "pertes de crédit et provisions croissantes sur les derniers trimestres", ainsi que de la structure de financement du groupe qui a trop peu accès au marché interbancaire. L'agence s'attend à ce que ces facteurs "se ressentent sur la performance du groupe à moyen terme".