Les actionnaires du groupe américain Diamond Foods ont vécu une journée noire hier lorsque le conseil d'administration a décidé de renvoyer le CEO et le CFO du groupe. Les résultats pour 2010 et 2011 seront revus après qu'une enquête a révélé que certains paiements de fournisseurs n'avaient pas été affectés aux exercices appropriés, ce qui a influencé les résultats. Les paiements concernés se montent au total à 80 millions de dollars, ce qui est supérieur au bénéfice total des deux exercices concernés (76,4 millions de dollars).

Plus grave encore pour l'entreprise: il est fort probable que l'accord avec Procter & Gamble (P&G) portant sur l'acquisition de la très populaire marque de chips Pringles tombe à l'eau. L'objectif était de financer la transaction, d'une valeur de 1,5 milliard de dollars, par un échange d'actions au terme duquel les actionnaires de P&G seraient devenus actionnaires majoritaires de Diamond Foods en échange de la division Pringles. P&G a fait savoir hier qu'il est très déçu du résultat de l'enquête. Bloomberg a par ailleurs annoncé que trois membres de l'entreprise ont confirmé officieusement que P&G renoncera à l'acquisition.

Les actionnaires paient aujourd'hui le prix des pratiques douteuses de la direction. Hier, l'action a perdu 37% de sa valeur pour clôturer à 23,13 dollars. C'est 75% sous le cours record de 92,47 dollars enregistré le 20 septembre 2011. Bien que des sauveurs potentiels se soient signalés hier, Diamond Foods sans Pringles est particulièrement vulnérable. D'autant que les irrégularités comptables ont également suscité la colère des fournisseurs (producteurs de noix), ce qui ne restera pas non plus pas sans conséquence financière.

Mathias Nuttin

Twitter: @MathiasNuttin