Cette année, les entreprises belges cotées en Bourse verseront 4,4 milliards d'euros à leurs actionnaires. Sur cette somme, 1,1 milliard d'euros, soit 25%, est promis aux actionnaires familiaux. En tête du classement, on retrouve les actionnaires familiaux belges du groupe brassicole AB InBev. Les familles de Mévius, Van Damme et de Spoelberch toucheront ainsi 185,6 millions d'euros, empochant environ 30% de plus que les co-propriétaires brésiliens. Viennent ensuite les descendants d'Ernest Solvay, avec 120,8 millions d'euros de coupons, la famille Colruyt, avec 62,6 millions d'euros, et la famille Frère-Bourgeois (CNP, GBL), avec 46,5 millions d'euros. L'enquête réalisée par les deux journaux révèle par ailleurs que, sous l'effet de la crise, le nombre de familles ayant reçu plus d'un million d'euros de dividendes au terme de l'exercice 2009 est en baisse par rapport à 2006 (de 50 à 45 environ).

Cette année, les entreprises belges cotées en Bourse verseront 4,4 milliards d'euros à leurs actionnaires. Sur cette somme, 1,1 milliard d'euros, soit 25%, est promis aux actionnaires familiaux. En tête du classement, on retrouve les actionnaires familiaux belges du groupe brassicole AB InBev. Les familles de Mévius, Van Damme et de Spoelberch toucheront ainsi 185,6 millions d'euros, empochant environ 30% de plus que les co-propriétaires brésiliens. Viennent ensuite les descendants d'Ernest Solvay, avec 120,8 millions d'euros de coupons, la famille Colruyt, avec 62,6 millions d'euros, et la famille Frère-Bourgeois (CNP, GBL), avec 46,5 millions d'euros. L'enquête réalisée par les deux journaux révèle par ailleurs que, sous l'effet de la crise, le nombre de familles ayant reçu plus d'un million d'euros de dividendes au terme de l'exercice 2009 est en baisse par rapport à 2006 (de 50 à 45 environ).