Klaus Kaldemorgen est une légende parmi les investisseurs allemands. Entré chez DWS Investments en 1982, il progressera dans la hiérarchie du groupe jusqu'à en devenir le porte-parole du conseil d'investissements. En 2011, il décide toutefois de quitter ses fonctions dirigeantes pour se consacrer pleinement à la gestion. Son but: créer un fonds flexible de nouvelle génération, afin de permettre aux investisseurs d'accéder aux marchés boursiers avec un risque contrôlé.
...

Klaus Kaldemorgen est une légende parmi les investisseurs allemands. Entré chez DWS Investments en 1982, il progressera dans la hiérarchie du groupe jusqu'à en devenir le porte-parole du conseil d'investissements. En 2011, il décide toutefois de quitter ses fonctions dirigeantes pour se consacrer pleinement à la gestion. Son but: créer un fonds flexible de nouvelle génération, afin de permettre aux investisseurs d'accéder aux marchés boursiers avec un risque contrôlé. C'est ainsi que DWS Concept Kaldemorgen voit le jour en mai 2011. Son ambition est de proposer une alternative à Carmignac Patrimoine mais moins risquée, avec une gestion flexible visant à limiter les périodes de forte volatilité, en utilisant des produits dérivés et des positions sur les devises comme une vraie classe d'actifs diversifiante par rapport aux actions et aux obligations. Ce fonds va progressivement devenir un des plus importants produits dans la gamme du gestionnaire. L'équipe va s'étoffer progressivement, notamment avec l'arrivée en 2013 d'Henning Potstada, head of investment strategy multi asset & solutions, aux côtés de Christoph Schmidt et Thomas Graby. Durant la dernière décennie, le fonds a dégagé une performance annualisée proche de 5%, avec des actifs sous gestion qui atteignent désormais plus de 12 milliards d'euros. Après un exercice 2020 plus difficile, durant lequel le fonds a abandonné près de 2%, la performance s'est bien redressée depuis le début 2021 avec une progression proche d'environ 6%. Henning Potstada souligne que c'est principalement la bonne performance de la poche actions qui explique ce bon début d'année. "Au niveau du portefeuille boursier, le plus important est d'atteindre un bon équilibre entre les différentes thématiques, dit-il. Nous ne raisonnons plus en termes d'allocations régionales ou sectorielles au sens strict du terme." Chacune des quatre grandes orientations stratégiques va ainsi représenter entre 20 et 30% de la poche boursière, avec 30% sur les valeurs cycliques, 29% sur la digitalisation des économies et la technologie, 21% dans l'infrastructure et 20% dans les valeurs défensives. "Toutes ces pièces s'imbriquent très bien ensemble, et permettent d'obtenir des performances stables sur le long terme." "Nous sommes exposés sur le thème de la digitalisation des économies, avec quelques grandes valeurs américaines et asiatiques", poursuit Henning Potstada. Notamment TSMC ou Alphabet. "Nous avons également été actifs sur le thème de la reprise économique, sur lequel nous étions positionnés dès le milieu de l'année 2020, avec notamment des groupes automobiles ou financiers, dont la rentabilité va être positivement impactée par la hausse des taux obligataires." Cette position a été renforcée durant le quatrième trimestre 2020 à la suite de l'annonce des différents vaccins et du résultat de l'élection américaine. Henning Potstada précise qu'une partie du portefeuille est également exposée sur des segments plus défensifs, dont l'objectif principal est de fournir une source de rendement régulière. On parle ici de secteurs comme l'infrastructure, la production d'électricité, les soins de santé ou les télécoms. Mais DWS Concept Kaldemorgen n'est pas uniquement un fonds boursier et va ponctuellement utiliser la masse de ses actifs sous gestion pour prendre des positions tactiques. Nicolas Didelot, responsable des stratégies multi-actifs chez DWS, indique par exemple que le portefeuille avait constitué une position pour se protéger contre un mouvement de hausse sur les taux obligataires américains vers la fin de l'année 2020. "Ce positionnement a permis de dégager une performance de 0,5% depuis le début de l'année, et prouve à quel point nous savons nous montrer flexibles dans cette stratégie, et réagir rapidement aux circonstances sur les marchés", assure le gestionnaire. Le portefeuille a également renforcé son exposition sur le dollar durant les derniers trimestres, notamment à la suite de l'élection de Joe Biden à la présidence américaine qui a signifié une fin de la dégradation du billet vert face aux autres devises. "Les tensions inflationnistes qui ont fait leur apparition constituent un autre argument qui pointe vers une hausse de la position sur le dollar au sein de DWS Concept Kaldermorgen", indique encore Nicolas Didelot. Le portefeuille maintient également une position de 8,5% sur l'or, en dépit d'une faible contribution à la performance du fonds durant les deux derniers trimestres. "Son rôle est d'amortir les chocs négatifs, comme ce fut encore le cas durant l'année 2020, poursuit le gestionnaire. Dans un contexte d'accélération de l'inflation, cette position sur l'or devrait encore contribuer positivement durant les prochains trimestres." D'après, Henning Potstada, le contexte actuel reste marqué par un niveau élevé d'intervention publique, avec une politique monétaire toujours très accommodante. "Les flux qui se dirigent vers les marchés financiers demeurent élevés, et poussent les valorisations à la hausse. Dans le même temps, la réouverture des économies soutient les profits des entreprises." Dans ce contexte, les actions doivent rester privilégiées par rapport à l'ensemble des autres classes d'actifs, avec une exposition brute sur les marchés boursiers qui atteignait récemment 58% des actifs sous gestion, soit un niveau historiquement élevé. "Il est aujourd'hui important de maximiser notre capacité de capturer le potentiel haussier sur les actions, et la baisse récente de la volatilité sur les Bourses nous a renforcés dans cette conviction", assure le stratégiste. Celui-ci souligne d'ailleurs qu'à l'heure actuelle, la quasi-totalité des classes obligataires ne joue plus aucun rôle dans le portefeuille, avec une diversification essentiellement assurée par les positions sur l'or et sur le dollar (25% des actifs sous gestion). "A mesure que nous avons remonté notre exposition sur certaines poches, nous avons descendu le niveau de liquidités dans notre stratégie, de 20 vers 13% récemment." Par ailleurs, Henning Potstada ne s'avoue pas spécialement inquiet d'une recrudescence des infections pour le niveau des valorisations sur les marchés financiers dans les mois à venir. "Le succès des campagnes de vaccination limite désormais le risque baissier." A l'inverse, le gestionnaire pointe le risque que pourrait représenter une hausse des tensions inflationnistes, qui serait de nature à changer la stratégie d'investissement de DWS Concept Kaldemorgen. Pour s'en prémunir, le fonds va privilégier les actifs obligataires qui bénéficieront de la hausse des prix, avec une duration actuellement maintenue sur un niveau très bas. "Notre position sur l'or aura également son rôle à jouer dans cette optique."