"Des pommes sont comparées à des poires dans cette étude de la CREG sur les tarifs de l'électricité dans cinq capitales européennes", commente le porte-parole de Sibelga. Sibelga précise que pour les gestionnaires de réseaux des quatre autres capitales, certains frais sont vus comme des "taxes" alors que pour Bruxelles, ils tombent dans la rubrique "tarif net". Il s'agit entre autres d'obligations de service public. Ces obligations confiées à Sibelga vont de la protection des clients contre des interruptions éventuelles, aux primes énergie et à l'éclairage public. "Les gestionnaires de réseau des autres capitales n'ont pas ces coûts. En tenant compte de ces éléments, il ressort que le tarif à Bruxelles est de 204 euros par an et non pas 280 euros", précise le porte-parole.