La baisse de l'EBITDA (-2,8%) et de l'EBIT (-4,3%) résulte principalement de la diminution des produits d'exploitation à concurrence de 7,2 millions d'euros, suite à une inflation beaucoup plus basse que celle qui avait été budgetée en 2007 pour 2009 par le Bureau du Plan. D'un point de vue opérationnel, l'entreprise précise que suite à la crise financière et au beau temps, les grands clients industriels directement raccordés au réseau Elia ont prélevé 21% de moins en comparaison avec la même période de 2008.

Les charges financières nettes ont augmenté de 7,4% suite à une hausse de la dette financière nette moyenne. Le total du bilan (+10,1%) et la dette financière (+3,5%) ont augmenté au 30 juin 2009, principalement suite à l'émission réussi d'un eurobond d'un montant de 1 milliard d'euros. A la même date, les liquidités d'Elia s'élevaient à 501,5 millions d'euros et seront utilisées pour le remboursement en septembre 2009 d'un prêt actionnaires de 387,7 millions d'euros.

Après ces opérations, la dette financière brute d'Elia se composera de 2 milliards d'eurobonds, d'un prêt actionnaires de 495,8 millions d'euros et de deux prêts de la Banque européenne d'investissement, l'un de 40 et l'autre de 20 millions d'euros. Pour l'ensemble de l'année, Elia prévoit un résultat net consolidé de l'ordre de 80 millions d'euros, dont 14 millions doivent être affectés au financement d'investissements futurs.