Aujourd'hui, ces géants technologiques sont à nouveau les grands gagnants de la saison des résultats trimestriels. Avec une hausse de 44% de son bénéfice trimestriel à 15,5 milliards de dollars, Microsoft est... à la traîne. Le bénéfice net de Facebook a quasiment doublé et Apple a pulvérisé toutes les attentes avec un profit trimes...

Aujourd'hui, ces géants technologiques sont à nouveau les grands gagnants de la saison des résultats trimestriels. Avec une hausse de 44% de son bénéfice trimestriel à 15,5 milliards de dollars, Microsoft est... à la traîne. Le bénéfice net de Facebook a quasiment doublé et Apple a pulvérisé toutes les attentes avec un profit trimestriel de 23,6 milliards de dollars (+110%). Question croissance, Alphabet, la maison mère de Google, fait encore mieux: +162%. Et Amazon se raccroche au train des Gafam avec un bénéfice plus que triplé à 8,1 milliards. En termes de prévisions, le ton était un peu plus prudent en raison du risque de ralentissement du numérique dans le sillage du déconfinement. On notera que ce succès n'est pas seulement dû au secteur. Les chiffres de Netflix ou Twitter ont déçu, par exemple. Les Gafam profitent de leur leadership unique et se partagent les marchés colossaux du cloud, des smartphones et de la publicité en ligne. Où s'arrêteront-ils? Au vu de la croissance bénéficiaire, le projet du président Joe Biden d'un impôt mondial de 21% ne remettra pas en cause leur rentabilité. D'autant que, hormis Microsoft, ils affichent déjà un taux d'imposition de 15% à 20%. Et les menaces de scission que fait planer la nouvelle administration américaine semblent plus politiques que réalistes. Cela a surtout amené les Gafam, à l'exception notable de Microsoft, à limiter leurs rachats d'entreprises. Dans un tel contexte, l'écrasante majorité des analystes continuent de prévoir une progression des Gafam qui valent déjà plus de 8.300 milliards de dollars en Bourse.