"Cette reprise porte sur un nombre limité d'activités. D'une part, il s'agit de la fourniture par KPN en Belgique de services à d'autres opérateurs de télécommunication (donc sur les marchés de gros) qui à leur tour fournissent des services aux utilisateurs finals. D'autre part, la reprise porte sur la fourniture par KPN en Belgique de services tels que la téléphonie fixe, l'internet large bande et les données, aux entreprises en tant qu'utilisateurs finals", explique le régulateur belge. La reprise ne concerne donc pas les services de KPN en Belgique aux ménages et autres particuliers, services connus sous le nom BASE. Afin d'obtenir l'approbation de la reprise, Mobistar a offert au Conseil un engagement de maintenir, pendant une période de dix-huit mois, l'offre de gros de KPN BB, s'ajoutant à la propre offre de services de gros de Mobistar. Il s'agit donc de l'offre de services à d'autres opérateurs de télécommunication qui à leur tour fournissent des services aux utilisateurs finals. Le Conseil a imposé à Mobistar une obligation en ce sens, et a approuvé l'opération sous la condition du respect de cette obligation. Cette solution a visiblement été jugée satisfaisante par le conseil de la Concurrence.

"Cette reprise porte sur un nombre limité d'activités. D'une part, il s'agit de la fourniture par KPN en Belgique de services à d'autres opérateurs de télécommunication (donc sur les marchés de gros) qui à leur tour fournissent des services aux utilisateurs finals. D'autre part, la reprise porte sur la fourniture par KPN en Belgique de services tels que la téléphonie fixe, l'internet large bande et les données, aux entreprises en tant qu'utilisateurs finals", explique le régulateur belge. La reprise ne concerne donc pas les services de KPN en Belgique aux ménages et autres particuliers, services connus sous le nom BASE. Afin d'obtenir l'approbation de la reprise, Mobistar a offert au Conseil un engagement de maintenir, pendant une période de dix-huit mois, l'offre de gros de KPN BB, s'ajoutant à la propre offre de services de gros de Mobistar. Il s'agit donc de l'offre de services à d'autres opérateurs de télécommunication qui à leur tour fournissent des services aux utilisateurs finals. Le Conseil a imposé à Mobistar une obligation en ce sens, et a approuvé l'opération sous la condition du respect de cette obligation. Cette solution a visiblement été jugée satisfaisante par le conseil de la Concurrence.