L'idée vient de Victor Dauginet, l'avocat qui avait déjà inspiré la première amnistie fiscale en 2004. Elle est partagée par d'autres fiscalistes qui estiment que le capital non-déclaré des Belges à l'étranger est encore important.

L'idée vient de Victor Dauginet, l'avocat qui avait déjà inspiré la première amnistie fiscale en 2004. Elle est partagée par d'autres fiscalistes qui estiment que le capital non-déclaré des Belges à l'étranger est encore important.