Rappel des faits. Le 25 octobre 2007, la SRIW, société publique de développement économique, avait pris une participation de 4,77% dans le capital de Floridienne via son capital autorisé. L'objectif était de se défendre contre une éventuelle tentative de prise de contrôle de Floridienne par Aurea. Aurea avait alors demandé au tribunal l'annulation de cette augmentation de capital au motif que l'augmentation aurait été réalisée en l'absence de toute justification par rapport à l'intérêt social et qu'elle aurait constitué un détournement de pouvoir de la part du conseil d'administration. Le tribunal de Nivelles vient de rejeter cette demande et de condamner Aurea au paiement d'une indemnité de 7.000 euros. Le tribunal fait valoir "qu'il est acquis, au-delà de tout doute raisonnable à l'examen du dossier et des faits que faisait face au projet industriel du conseil d'administration de Floridienne le projet de l'actionnaire Aurea de favoriser, en raison des synergies avec ses activités, le pôle chimie de Floridienne en se défaisant ou en réduisant l'importance des deux autres pôles d'activités, après une prise de contrôle de Floridienne par des moyens n'excluant pas une OPA". Le tribunal décide donc que l'opération consistant à renforcer les fonds propres de Floridienne en faisant entrer un actionnaire stable n'a violé aucune règle de conduite et ne constitue pas un détournement de pouvoir. Il déclare dès lors l'action d'Aurea non fondée. Depuis l'actionnariat de Floridienne, déjà renforcé par cette opération, avait été stabilisé lorsque le tribunal de commerce de Nivelles a consacré le droit de propriété de la s.a. Beluflo sur la participation de 36% d'Aurea dans le capital de Floridienne, forçant dès lors Aurea à délivrer ses actions à Beluflo.

Rappel des faits. Le 25 octobre 2007, la SRIW, société publique de développement économique, avait pris une participation de 4,77% dans le capital de Floridienne via son capital autorisé. L'objectif était de se défendre contre une éventuelle tentative de prise de contrôle de Floridienne par Aurea. Aurea avait alors demandé au tribunal l'annulation de cette augmentation de capital au motif que l'augmentation aurait été réalisée en l'absence de toute justification par rapport à l'intérêt social et qu'elle aurait constitué un détournement de pouvoir de la part du conseil d'administration. Le tribunal de Nivelles vient de rejeter cette demande et de condamner Aurea au paiement d'une indemnité de 7.000 euros. Le tribunal fait valoir "qu'il est acquis, au-delà de tout doute raisonnable à l'examen du dossier et des faits que faisait face au projet industriel du conseil d'administration de Floridienne le projet de l'actionnaire Aurea de favoriser, en raison des synergies avec ses activités, le pôle chimie de Floridienne en se défaisant ou en réduisant l'importance des deux autres pôles d'activités, après une prise de contrôle de Floridienne par des moyens n'excluant pas une OPA". Le tribunal décide donc que l'opération consistant à renforcer les fonds propres de Floridienne en faisant entrer un actionnaire stable n'a violé aucune règle de conduite et ne constitue pas un détournement de pouvoir. Il déclare dès lors l'action d'Aurea non fondée. Depuis l'actionnariat de Floridienne, déjà renforcé par cette opération, avait été stabilisé lorsque le tribunal de commerce de Nivelles a consacré le droit de propriété de la s.a. Beluflo sur la participation de 36% d'Aurea dans le capital de Floridienne, forçant dès lors Aurea à délivrer ses actions à Beluflo.