Le vieillissement des populations occidentales constitue un défi de long terme pour nos économies. Dans le passé, la pyramide des âges permettait aux plus jeunes de facilement supporter le coût des pensions de leurs aînés. Depuis plusieurs décennies, cet équilibre est en train de changer, avec une proportion de retraités de plus en plus importante. " D'ici 2060, les seniors (de plus de 65 ans) représenteront un tiers de la population européenne. C'est une tendance qui sera très difficile à infléchir ", note Alban Seydoux, gestionnaire de fonds chez Rothschild & Co.
...

Le vieillissement des populations occidentales constitue un défi de long terme pour nos économies. Dans le passé, la pyramide des âges permettait aux plus jeunes de facilement supporter le coût des pensions de leurs aînés. Depuis plusieurs décennies, cet équilibre est en train de changer, avec une proportion de retraités de plus en plus importante. " D'ici 2060, les seniors (de plus de 65 ans) représenteront un tiers de la population européenne. C'est une tendance qui sera très difficile à infléchir ", note Alban Seydoux, gestionnaire de fonds chez Rothschild & Co. Ce bouleversement profond a poussé plusieurs sociétés de gestion à proposer des fonds exposés sur des entreprises concernées par ce changement structurel. Car les personnes âgées ont généralement des moyens financiers beaucoup plus importants que les autres générations, ce qui signifie que les entreprises exposées sur cette tranche auront tendance à croître plus rapidement. Il existe aujourd'hui six fonds commercialisés en Belgique exposés sur ce thème, dont seulement trois affichant un historique supérieur à cinq ans. Il faut également distinguer ceux qui ne sont exposés que sur les sociétés européennes (comme CPR Silver Age ou R-Co Thematic Silver Plus) et ceux qui investissent plus globalement (CPR Global Silver Age ou Lombard Odier Golden Age). Ces derniers fonds seront largement exposés (à plus de 50%) sur le marché américain, avec également un poids croissant sur l'Asie et le Japon. Depuis le début de l'année, le recul moyen de ces différents produits a été de 5%, avec une meilleure résistance que l'ensemble du marché. Cette performance s'explique par l'exposition sectorielle de ces produits qui est élevée sur le secteur des soins de santé, le solde étant largement pondéré sur le secteur de la consommation. Ces deux secteurs représentent entre 60 et près de 90% des actifs sous gestion des différents produits disponibles. Pour Simon Baker, responsable de la recherche pharmaceutique chez Redburn, la pandémie va pousser à des relations moins conflictuelles entre la " pharma " et les différents gouvernements, ce qui pourrait permettre une revalorisation de ce secteur. " Vu les profils de performance et la croissance stable de leur chiffre d'affaires, il n'y a pas vraiment de raison que les grandes sociétés pharmaceutiques se négocient avec de telles décotes par rapport à certains grands noms du secteur des biens de consommation. " Seul fonds de sa catégorie à recevoir cinq étoiles chez Morningstar avec une performance revenue pratiquement à l'équilibre depuis le début de l'année, le fonds R-Co Thematic Silver Plus affiche également la meilleure performance annualisée sur un horizon de cinq ans. Pour Alban Seydoux, de Rothschild & Co, ce bon résultat s'explique par une orientation forte sur le secteur de la santé, avec un positionnement habile sur plusieurs segments qui ont profité des problématiques liées à la crise du Covid-19, notamment les sociétés de diagnostiques (Biomérieux) ou la digitalisation du secteur des soins de santé. " Beaucoup de segments de l'économie 'argentée' se sont retrouvés au centre de l'attention lors de la crise, avec des performances boursières souvent exceptionnelles. " Le fonds de Rothschild & Co est également le seul à être fortement exposé sur les moyennes capitalisations, tandis que la plupart de ses concurrents sont davantage positionnés sur les grandes sociétés pharmaceutiques. Les 10 principales positions du fonds contiennent des noms tels que Grifols, Amplifon, Sartorius, Diasorin, Orpea ou Biomerieux. Le fonds possède également un accent belge prononcé, avec des investissements dans des groupes comme UCB, ArgenX et Kinepolis. Le vieillissement de la population va entraîner une demande accrue pour les maisons de repos ou pour les solutions d'accueil à destination des personnes âgées. " La crise sanitaire a toutefois mis en évidence le sous-investissement dans ces secteurs, et la vulnérabilité de ceux qui sont logés dans ces structures, indique encore Alban Seydoux. Nous pensons que la tendance va être à un renforcement des investissements dans ce domaine, et constituera en définitive un soutien pour cette thématique. " Tous les gestionnaires ne partagent toutefois pas cet avis. Johan Utterman, gestionnaire principal du fonds Lombard Odier Golden Age, estime ainsi que la crise du coronavirus entraîne un changement profond dans les habitudes des seniors. " Nous nous attendons à ce qu'un nombre croissant de babyboomers ne se sentent plus en sécurité dans les grandes foules, même après la découverte d'un vaccin contre le Covid-19, et réfléchissent à deux fois avant de réserver une croisière ou un concert, ou d'emménager dans une maison de retraite. " Le gestionnaire ne remet pas en cause les fondamentaux à long terme qui soutiennent l'investissement dans les secteurs liés au vieillissement mais estime que les priorités pourraient changer fortement durant les prochains trimestres. Lombard Odier Golden Age est un des produits qui dispose d'un historique particulièrement long, le fonds ayant été lancé en 2009 sur le territoire suisse. Le fonds adopte une diversification large, avec 75% des actifs sous gestion exposés sur la santé et la consommation. Le solde est positionné sur une gamme assez large de segments, notamment les sociétés financières visant à permettre aux personnes âgées de conserver leur indépendance économique et d'investir leur patrimoine de manière avisée, une exposition qui représente 15% des actifs sous gestion. Johan Utterman souligne que sa stratégie a récemment effacé une partie des pertes subies en mars, notamment grâce à la performance de positions comme IQVIA (qui offre une exposition sur le big data dans les soins de santé). " La transition vers un secteur de la santé plus numérisé a été accélérée par la pandémie ", rappelle-t-il. Le gestionnaire a d'ailleurs fait pivoter une partie de son exposition vers ce segment de croissance durant les derniers mois en achetant des positions sur des groupes comme Dexcom, Massimo ou Good Doctor. La performance des différents fonds a toutefois été assez disparate, avec des produits qui ont davantage souffert, comme par exemple les deux fonds proposés par CPR Asset Management. CPR Silver Age fut lancé en 2009, et compte aujourd'hui environ 3 milliards d'euros en actifs sous gestion, en agglomérant le compartiment européen et global, et les sicav luxembourgeoises avec les produits commercialisés en France. Eric Labbé, gestionnaire de CPR Silver Age, souligne que la contre-performance récente du fonds s'explique notamment par le secteur des maisons de retraite, qui mettront plus de temps qu'anticipé initialement pour retrouver leurs niveaux d'activité passés. Les importants plans de sauvetage annoncés par les gouvernements pourraient amener le fonds à se repositionner sur les segments les plus cycliques. " Nous resterons particulièrement attentifs aux aides aux secteurs les plus en crise (automobile, transport aérien, tourisme) en vue de trouver des points d'entrée tout en évitant les plans de recapitalisation ".