"Nous avons une liste d'au moins 20 personnes impliquées dans la nationalisation de Fortis en octobre 2008", a expliqué l'avocat néerlandais Adriaan de Gier, qui représente plus de 1.200 actionnaires de Fortis NV.

Selon ces actionnaires, réunis au sein de l'association FortisEffect, la nationalisation des actifs néerlandais de Fortis par l'Etat néerlandais est "illégitime" et a donné lieu à des pertes financières importantes.

L'avocat Adriaan de Gier a initié en février des procédures
judiciaires à l'encontre des Etats néerlandais et belge, de Fortis
Holding, Fortis Bank Nederland, de la Banque centrale néerlandaise DNB, du gendarme financier néerlandais et de la Société fédérale de participations et d'investissement (SFPI).

Une première audience est prévue ce mercredi 24 juin devant un
tribunal d'Amsterdam. Si la justice accède à la demande des actionnaires néerlandais, le premier ministre néerlandais Jan Peter Balkenende, le ministre néerlandais des Finances Wouter Bos, le président de la DNB Nout Wellink et leurs collègues belges et luxembourgeois seront invités à comparaître pour donner leur témoignage sur la nationalisation de Fortis.

La décision de la justice néerlandaise sur la demande d'audition est attendue dans les six semaines suivant l'audience de mercredi.