L'affaire porte sur le rachat d'actions émises il y a dix ans. Fortis Bank Nederland, détenues par l'Etat néerlandais depuis l'année dernière, exige du holding qu'il mette de l'argent sur la table en vue du rachat d'actions émises il y a dix ans. Fortis holding est prêt à y consentir, moyennant une compensation, ce à quoi s'oppose l'Etat néerlandais.

"Fortis Holding comprend la réticence de l'Etat néerlandais à voir Fortis rentrer dans le capital de FBNH (Fortis Bank Nederland)", indique le holding dans son communiqué, en précisant qu'il reste ouvert "à toute discussion sur une autre forme acceptable de compensation". En cas d'introduction d'une procédure en référé à son encontre visant à obtenir les 362,5 millions d'euros litigieux, "Fortis Holding contestera cette position et entreprendra toutes les démarches utiles pour assurer la protection de ses droits légitimes et des intérêts de ses actionnaires".