L'Etat néerlandais a annoncé mercredi la cession de sa participation dans Fortis Corporate Insurance (FCI) à l'assureur britannique Amlin, ce qui devrait lui rapporter quelque 350 millions d'euros.

"Par cette vente de FCI, l'Etat néerlandais néglige l'action en
justice introduite à son encontre par la VEB et Deminor", et "montre
clairement une fois de plus qu'il n'entend pas respecter les intérêts des actionnaires de Fortis", estiment Deminor et la VEB, jeudi dans un communiqué.

"Dans le cadre de cette procédure, la VEB et Deminor demandent
notamment que les activités d'assurance aux Pays-Bas achetées à Fortis ne soient pas revendues tant que le tribunal ne s'est pas prononcé sur la régularité des opérations du 3 octobre 2008" et ce, pour "éviter que les actionnaires de Fortis ne subissent des dommages additionnels en raison d'un comportement délictueux dans le chef de l'Etat néerlandais", poursuit le communiqué.

La VEB et Deminor estiment enfin que l'attitude de l'Etat néerlandais est "une illustration supplémentaire de la nécessité d'avoir lancé des actions en justice afin de faire respecter les droits des actionnaires".

Actif sur le marché des assurances aux entreprises, FCI est présent dans le Benelux et emploie environ 350 personnes. Le 3 octobre dernier, l'Etat néerlandais avait acquis 100% des actions de FCI dans la foulée de la nationalisation des actifs néerlandais du groupe.

Amlin est un assureur coté à la bourse de Londres. Actif en Grande-Bretagne et en Europe continentale, il jouit à l'heure actuelle d'une capitalisation boursière de 1,7 milliard de livres (1,9 milliard d'euros).

L'Etat néerlandais a annoncé mercredi la cession de sa participation dans Fortis Corporate Insurance (FCI) à l'assureur britannique Amlin, ce qui devrait lui rapporter quelque 350 millions d'euros."Par cette vente de FCI, l'Etat néerlandais néglige l'action en justice introduite à son encontre par la VEB et Deminor", et "montre clairement une fois de plus qu'il n'entend pas respecter les intérêts des actionnaires de Fortis", estiment Deminor et la VEB, jeudi dans un communiqué."Dans le cadre de cette procédure, la VEB et Deminor demandent notamment que les activités d'assurance aux Pays-Bas achetées à Fortis ne soient pas revendues tant que le tribunal ne s'est pas prononcé sur la régularité des opérations du 3 octobre 2008" et ce, pour "éviter que les actionnaires de Fortis ne subissent des dommages additionnels en raison d'un comportement délictueux dans le chef de l'Etat néerlandais", poursuit le communiqué.La VEB et Deminor estiment enfin que l'attitude de l'Etat néerlandais est "une illustration supplémentaire de la nécessité d'avoir lancé des actions en justice afin de faire respecter les droits des actionnaires".Actif sur le marché des assurances aux entreprises, FCI est présent dans le Benelux et emploie environ 350 personnes. Le 3 octobre dernier, l'Etat néerlandais avait acquis 100% des actions de FCI dans la foulée de la nationalisation des actifs néerlandais du groupe.Amlin est un assureur coté à la bourse de Londres. Actif en Grande-Bretagne et en Europe continentale, il jouit à l'heure actuelle d'une capitalisation boursière de 1,7 milliard de livres (1,9 milliard d'euros).