La holding a enregistré un encaissement de 4,2 milliards d'euros via ses filiales d'assurances, soit une légère baisse de 2 pc au total par rapport au premier trimestre 2008, mais une hausse substantielle par rapport au dernier trimestre 2008 de 37 pc pour Fortis Insurance Belgium et de 22 pc pour Fortis Insurance International. Le holding explique cette "bonne performance commerciale" par une "capacité à toujours ajuster l'offre de produits aux besoins changeants de la clientèle et par une constance dans la mise en oeuvre de l'approche multicanaux".

Chez Fortis Insurance Belgium, l'encaissement total atteint 1,9 milliard d'euros, en progression de 37 pc par rapport au trimestre précédent. L'encaissement Vie par le biais du canal bancaire s'améliore sensiblement grâce au développement des ventes de produits d'épargne. De son côté, Fortis Insurance International accroît son encaissement brut de 22 pc par rapport au trimestre précédent, à 2,3 milliards d'euros. Le résultat net des activités d'assurance atteint 13 millions d'euros, malgré l'incidence des dépréciations sur le portefeuille de placements à hauteur de 96 millions d'euros après impôts.

Le Compte Général présente un résultat net de 31 millions d'euros, sous l'effet de produits d'intérêts nets positifs et de charges opérationnelles en baisse. En effet, l'effectif a été réduit et les charges opérationnelles ont baissé de 40 pc par rapport au trimestre précédent. Elles restent toutefois relativement élevées à cause des coûts engendrés par la scission, les assemblées générales des actionnaires et les actions en justice. Les capitaux propres au 31 mars 2009 se montent à 6,7 milliards d'euros, tandis que la situation nette de trésorerie du Compte Général s'élève à 1,6 milliard d'euros.

Les transactions conclues avec l'Etat belge, BNP Paribas et Fortis Banque en mars 2009 ont été approuvées par les assemblées générales des 28 et 29 avril. Ces transactions ont été définitivement clôturées le 12 mai. En conséquence, les capitaux propres nets pro forma au 31 mars 2009, compte tenu de l'incidence des transactions, s'élèvent à 7,4 milliards d'euros. La trésorerie nette pro forma du secteur Général au 31 mars 2009, après remboursement des programmes d'obligations à moyen terme (EMTN) et de Commercial Paper, s'élève à 3,2 milliards d'euros.

L'écart par rapport à la situation de trésorerie nette pro forma au 31 décembre 2008, qui s'élevait à 3,3 milliards d'euros, s'explique par des charges accrues, essentiellement des coûts d'intérêt. Sur base des encaissements constatés depuis début avril, Fortis Holding estime que les signes favorables observés au cours du premier trimestre en matière de développement commercial devraient être confirmés. Le résultat net du second trimestre intégrera l'incidence de l'entrée en vigueur définitive des transactions avec BNP Paribas, l'Etat belge et Fortis Banque, clôturées le 12 mai.