L'assemblée générale, qui a lieu jour pour jour une semaine après l'arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles gelant la vente des activités belges de Fortis à BNP Paribas, a débuté peu après 10h00 dans un climat plus serein que les précédentes. Plus de 3.000 actionnaires se sont inscrits pour y assister, a indiqué un porte-parole de Fortis.

L'assemblée est à nouveau présidée par le président intérimaire du conseil d'administration de Fortis Jan-Michiel Hessels. Des membres du collège d'experts désigné par la Cour d'appel dans son arrêt sont également présents, de même que l'actuel CEO Karel De Boeck. En outre, plusieurs membres du conseil d'administration de Fortis se sont faits excuser.

M. Hessels a débuté l'assemblée en revenant sur les conséquences de l'arrêt de la Cour d'appel, suscitant des applaudissements. "C'est la première fois que je vois des actionnaires heureux", a-t-il ironisé.

A l'origine, l'ordre du jour de cette assemblée générale de ce vendredi comprenait un seul point: la poursuite des activités de Fortis SA/NV. Les assemblées générales tenues les 1er et 2 décembre derniers à Utrecht et Bruxelles n'avaient en effet pu statuer sur ce point en l'absence du quorum requis de 50% du capital de Fortis représenté.

Toutefois, conformément à l'arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles, un "point complémentaire" a été ajouté à l'ordre du jour et permettrait, s'il est approuvé par les actionnaires, de reporter le vote relatif à l'approbation de la poursuite des activités de Fortis SA/NV jusqu'à une assemblée générale des actionnaires qui se tiendra au plus tard le 12 février 2009.

Bien que ce point ne figure pas officiellement à l'ordre du jour, certaines associations d'actionnaires (Deminor, Test-Achats, cabinet Modrikamen) devraient également en profiter pour aborder la question du management de Fortis, alors que les 2 assemblées générales tenues début décembre ont donné lieu à la non-reconduction d'un certain nombre d'administrateurs (Philippe Bodson et Jan-Michiel Hessels) du groupe et au rejet de la candidature d'Etienne Davignon au poste de président du conseil d'administration de Fortis SA/NV.

A ce sujet, J-M Hessels a précisé vendredi que des concertations avaient déjà eu lieu entre Fortis et des organisations d'actionnaires, comme Deminor ou la VEB. Les candidatures à un siège au conseil d'administration de Fortis doivent être rentrées avant le 5 janvier.

L'assemblée générale, qui a lieu jour pour jour une semaine après l'arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles gelant la vente des activités belges de Fortis à BNP Paribas, a débuté peu après 10h00 dans un climat plus serein que les précédentes. Plus de 3.000 actionnaires se sont inscrits pour y assister, a indiqué un porte-parole de Fortis.L'assemblée est à nouveau présidée par le président intérimaire du conseil d'administration de Fortis Jan-Michiel Hessels. Des membres du collège d'experts désigné par la Cour d'appel dans son arrêt sont également présents, de même que l'actuel CEO Karel De Boeck. En outre, plusieurs membres du conseil d'administration de Fortis se sont faits excuser.M. Hessels a débuté l'assemblée en revenant sur les conséquences de l'arrêt de la Cour d'appel, suscitant des applaudissements. "C'est la première fois que je vois des actionnaires heureux", a-t-il ironisé.A l'origine, l'ordre du jour de cette assemblée générale de ce vendredi comprenait un seul point: la poursuite des activités de Fortis SA/NV. Les assemblées générales tenues les 1er et 2 décembre derniers à Utrecht et Bruxelles n'avaient en effet pu statuer sur ce point en l'absence du quorum requis de 50% du capital de Fortis représenté.Toutefois, conformément à l'arrêt de la Cour d'appel de Bruxelles, un "point complémentaire" a été ajouté à l'ordre du jour et permettrait, s'il est approuvé par les actionnaires, de reporter le vote relatif à l'approbation de la poursuite des activités de Fortis SA/NV jusqu'à une assemblée générale des actionnaires qui se tiendra au plus tard le 12 février 2009.Bien que ce point ne figure pas officiellement à l'ordre du jour, certaines associations d'actionnaires (Deminor, Test-Achats, cabinet Modrikamen) devraient également en profiter pour aborder la question du management de Fortis, alors que les 2 assemblées générales tenues début décembre ont donné lieu à la non-reconduction d'un certain nombre d'administrateurs (Philippe Bodson et Jan-Michiel Hessels) du groupe et au rejet de la candidature d'Etienne Davignon au poste de président du conseil d'administration de Fortis SA/NV.A ce sujet, J-M Hessels a précisé vendredi que des concertations avaient déjà eu lieu entre Fortis et des organisations d'actionnaires, comme Deminor ou la VEB. Les candidatures à un siège au conseil d'administration de Fortis doivent être rentrées avant le 5 janvier.