Ce scénario, mis au point ces derniers jours avec l'aide de "banquiers de premier ordre", prévoit en substance un retour de Fortis banque dans le giron du holding, par le biais d'un apport par l'Etat belge de 50% + 1 des actions de Fortis banque à Fortis holding, afin de reconstituer le "modèle à succès" de la bancassurance. Ce "plan B" prévoit également une Fortis banque recentrée sur ses activités de base et sur des activités moins risquées. Moyennant notamment des départs naturels de 1.500 personnes sur trois ans, ainsi que des départs à la prépension, Fortis banque serait capable de générer entre 1,6 et 1,8 milliard d'euros de bénéfices annuels à l'horizon 2011, ont défendu devant la presse Me Modrikamen et Pierre Nothomb (Deminor). Afin de pouvoir donner vie à ce projet "alternatif", Modrikamen, Deminor, Test-Achats et l'ADAF appellent les actionnaires de Fortis à voter "non" aux transactions avec BNP Paribas lors des assemblées générales des 28 et 29 avril prochains.

Ce scénario, mis au point ces derniers jours avec l'aide de "banquiers de premier ordre", prévoit en substance un retour de Fortis banque dans le giron du holding, par le biais d'un apport par l'Etat belge de 50% + 1 des actions de Fortis banque à Fortis holding, afin de reconstituer le "modèle à succès" de la bancassurance. Ce "plan B" prévoit également une Fortis banque recentrée sur ses activités de base et sur des activités moins risquées. Moyennant notamment des départs naturels de 1.500 personnes sur trois ans, ainsi que des départs à la prépension, Fortis banque serait capable de générer entre 1,6 et 1,8 milliard d'euros de bénéfices annuels à l'horizon 2011, ont défendu devant la presse Me Modrikamen et Pierre Nothomb (Deminor). Afin de pouvoir donner vie à ce projet "alternatif", Modrikamen, Deminor, Test-Achats et l'ADAF appellent les actionnaires de Fortis à voter "non" aux transactions avec BNP Paribas lors des assemblées générales des 28 et 29 avril prochains.