Cette demande de suspension ne se fera pas par le biais d'une nouvelle action en référé mais dans le cadre de l'action au fond déjà intentée par le cabinet Modrikamen contre l'Etat néerlandais et BNP Paribas. Dans le cadre de cette action au fond, qui vise notamment à obtenir l'annulation du démantèlement de Fortis, Modrikamen doit déposer pour le 15 juillet ses demandes de mesures provisoires. "Nous allons compléter notre demande de mesures provisoires par une demande de suspension de l'assemblée générale de Gand et par une demande d'interdiction pour BNP Paribas de procéder à l'intégration de Fortis banque", a expliqué à l'agence Belga Me Olivier Bonhivers, du cabinet Modrikamen. Les plaidoiries sur ces mesures provisoires ont été fixées au 29 septembre et aux 6 et 20 octobre.