Le juge avait demandé à entendre trois anciens administrateurs de Fortis. M. Votron figurait en tête de liste. L'affaire est introduite par quelques actionnaires lésés de Fortis. "Ces hommes se sont mis au-dessus de la loi. D'abord en Belgique et maintenant ici", a commenté un de ces actionnaires. Outre Jean-Paul Votron, l'ancien président Maurice Lippens et le directeur financier Gilbert Mittler devaient être entendus. Ils voulaient être auditionnés en français et en Belgique. Cette requête avait toutefois déjà été rejetée par le tribunal d'Utrecht et par la cour de justice d'Arnhem. Le trio est ensuite allé en cassation devant le Haut Conseil (Hoge Raad).