Vendredi dernier, la cour d'appel de Bruxelles a finalement décidé que tous les actionnaires de Fortis holding pourront voter lors de l'assemblée générale de la fin du mois d'avril. La cour d'appel a également refusé d'accéder à la demande des actionnaires d'inscrire un "plan B" pour le sauvetage de Fortis à l'ordre du jour de l'assemblée générale du 28 avril. Deux décisions qui contrecarrent les plans des actionnaires défendus par le cabinet Modrikamen. "On examine toujours les différentes pistes qui s'offrent à nous", a déclaré mercredi à l'agence Belga, Me Olivier Bonhivers, du cabinet Modrikamen, assurant que "toutes les possibilités", que ce soit une poursuite ou un abandon du "plan B" imaginé par le cabinet Modrikamen pour Fortis, "restent ouvertes". Le cabinet d'avocats fera connaître le résultat de son examen de la situation "dans les prochains jours", a encore précisé Me Bonhivers, estimant toutefois qu'il était prématuré de parler d'une conférence de presse organisée lundi prochain, comme l'annonce ce mercredi l'hebdomadaire Trends sur son site internet. Selon Trends, l'avocat Mischaël Modrikamen et les autres partisans du cavalier seul, Test-Achats et l'Adaf, continuent à défendre cette option qui sera vraisemblablement présentée en détail lundi après-midi, lors d'une conférence de presse. Au niveau judiciaire, une audience est prévue ce jeudi à 11h devant le tribunal de commerce de Bruxelles afin de mettre au point l'agenda dans le cadre de l'action, au fond cette fois, intentée par le cabinet Modrikamen afin d'obtenir une annulation du démantèlement de Fortis ainsi que des dommages et intérêts.

Vendredi dernier, la cour d'appel de Bruxelles a finalement décidé que tous les actionnaires de Fortis holding pourront voter lors de l'assemblée générale de la fin du mois d'avril. La cour d'appel a également refusé d'accéder à la demande des actionnaires d'inscrire un "plan B" pour le sauvetage de Fortis à l'ordre du jour de l'assemblée générale du 28 avril. Deux décisions qui contrecarrent les plans des actionnaires défendus par le cabinet Modrikamen. "On examine toujours les différentes pistes qui s'offrent à nous", a déclaré mercredi à l'agence Belga, Me Olivier Bonhivers, du cabinet Modrikamen, assurant que "toutes les possibilités", que ce soit une poursuite ou un abandon du "plan B" imaginé par le cabinet Modrikamen pour Fortis, "restent ouvertes". Le cabinet d'avocats fera connaître le résultat de son examen de la situation "dans les prochains jours", a encore précisé Me Bonhivers, estimant toutefois qu'il était prématuré de parler d'une conférence de presse organisée lundi prochain, comme l'annonce ce mercredi l'hebdomadaire Trends sur son site internet. Selon Trends, l'avocat Mischaël Modrikamen et les autres partisans du cavalier seul, Test-Achats et l'Adaf, continuent à défendre cette option qui sera vraisemblablement présentée en détail lundi après-midi, lors d'une conférence de presse. Au niveau judiciaire, une audience est prévue ce jeudi à 11h devant le tribunal de commerce de Bruxelles afin de mettre au point l'agenda dans le cadre de l'action, au fond cette fois, intentée par le cabinet Modrikamen afin d'obtenir une annulation du démantèlement de Fortis ainsi que des dommages et intérêts.