L'amitié entre les deux femmes, "de longue date, repose sur un profond respect mutuel, humain et professionnel", indique celle qui fut vice-présidente du tribunal de commerce de Bruxelles. "Je ne ferai aucune déclaration à ce sujet". La juge honoraire semble toutefois soupçonner que son amitié avec Christine Schurmans ait pu être exploitée par d'autres. "L'enquête devra démontrer si et comment des tiers auraient en sous-main tenté d'user ou d'abuser de ce lien d'amitié", écrit-elle dans un bref communiqué à l'Agence Belga. "Afin de ne pas porter préjudice à cette enquête, je ne fais aucune déclaration à la presse", ajoute-t-elle.

De Morgen a affirmé mardi que Christian Van Buggenhout, l'avocat du gouvernement dans le dossier de la vente de Fortis, avait obtenu des informations sur l'arrêt Fortis avant qu'il ne soit rendu. L'instruction judiciaire sur les fuites dans l'arrêt Fortis aurait permis de mettre au jour des indications selon lesquelles Me Van Buggenhout avait été informé via Mme Diamant, à qui Christine Schurmans se serait confiée.